Tunisie: Un changement anticonstitutionnel après la fuite du président Ben Ali

"Conformément à l'article 56 de la Constitution (…), j'assume provisoirement à partir de cet instant la charge de président par intérim", a annoncé le Premier ministre Mohammed Ghannouchi
Cet article dispose qu'"en cas d'empêchement provisoire, le président de la République peut déléguer par décret ses attributions au Premier ministre à l'exclusion du pouvoir de dissolution de la chambre des députés".
Le recours à cet article a été contesté par M. Sadok Belaid, professeur de droit constitutionnel émérite à la faculté des sciences juridiques de Tunis, qui a parlé sur la télévision Al-Jazira du Qatar d'une "grave erreur".

Il a estimé qu'on aurait dû s'appuyer plutôt sur l'article 57 qui prévoit qu’en cas de vacances du pouvoir pour cause de décès, démission ou empêchement absolu, le président de la chambre des députés est immédiatement investi des fonctions de président de la République par intérim" qui doit organiser des législatives dans un délai maximum de 60 jours.
M. Ghannouchi, 69 ans, a annoncé vendredi soir à la télévision nationale assurer l'intérim de la présidence en remplacement de Zine El Abidine Ben Ali qui, selon des sources proches du gouvernement, a déjà quitté le pays vers Malte.
La France qui a nié la présence de Ben Ali sur ses territoires, a salué la prise du pouvoir par Med Ghanouchi et l’a décrit comme un homme propre.
Le nouveau président, filmé dans le palais présidentiel de Carthage, a lu debout sa déclaration entouré par le président de la chambre des députés, Fouad Mebazaa et celui de la chambre des conseillers (sénat), Abdallah Kallal (ancien ministre de l’intérieur).
L'ancien président, Zine El Abidine Ben Ali, confronté à une crise sans précédent et à la fin d'une journée qui a vu des milliers de manifestants demander son départ, a quitté vendredi la Tunisie, ont indiqué à l'AFP deux sources proches du gouvernement.
M. Ghannouchi, a lancé un appel à l'unité des Tunisiens, toutes sensibilités confondues, en annonçant qu'il assume désormais le pouvoir. "J'appelle les Tunisiens toutes sensibilités politiques et régionales confondues à faire preuve de patriotisme et d'unité", a été déclaré solennellement.
Il s'est engagé à "respecter la Constitution" en annonçant vendredi soir qu'il assumait la charge suprême du pays.
"Je m'engage à respecter la Constitution et à mettre en oeuvre toutes les réformes sociales et politiques (…) qui ont été déjà annoncées en collaboration avec les partis politiques et les composantes de la société civile", a-t-il déclaré.

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut