Tunisie : Un projet de loi « Immeuble Menaçant Ruine » (IMR) qui menace les édifices historiques détériorés.

Loi « Immeuble Menaçant Ruine » : Un projet de loi qui passe, une mémoire  qui s’efface.

Par  : Imen REGAYA,

Docteure en Architecture, Maitre assistante ENAU et membre Edifices et Mémoires.

Photos : Amine ZID, Badis Hadj Said et Emin Ben HBIB.

Le projet de loi IMR proposé par le ministère de l’Equipement de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire risque de passer au vote des membres de l’Assemblée des Représentants du Peuple. Une loi qui menace les édifices historiques détériorés.

I comme Identité, M comme Mémoire :

Pour saisir le présent et construire son avenir, on ne saurait ignorer le passé, dont la mémoire est une reconstruction. A tout événement qu’a connu une ville, une communauté ou même un groupe social, serait associé un lieu ou un cadre spatial inhérent à cette l’image du passé. L’espace architectural qui est constitué d’un objet matériel bâti est un fait socioculturel. L’espace construit et l’espace habité sont mis en relation grâce aux histoires personnelles inscrites dans le bâtiment comme lieu de la mémoire.

Nous éprouvons tous le besoin de se référer à sa première habitation, à son quartier, à sa ville et à sa région.

« Notre domicile est le refuge de notre corps, de notre mémoire et de notre identité. Nous sommes en dialogue et en interaction avec notre cadre de vie, au point qu’il est impossible de séparer l’image de soi de son existence spatiale et de sa localisation. « Je suis mon corps », affirme Gabriel Marcel, mais « je suis l’espace où je suis », dit le poète Noël Arnaud ». (J. PALLASMA, Le Regard des sens, 2010)

 

(Immeuble à Tunis, © Amine Zid)

Alors, quel bénéfice nos villes pourraient-elles tirer si, par l’application de la loi IMR, on brise les liens qui attachaient le cœur d’un habitant à son histoire, à son enfance et à son passé ?

Les villes tunisiennes étaient le point d’accueil de populations très diverses, leurs édifices témoignent des mutations sociales, politiques et des évolutions techniques qu’ont connues les différents tissus urbains en Tunisie et particulièrement à la capitale et aux villes de Bizerte, Sousse, Sfax…

Le mélange des styles architecturaux en est la preuve indéniable. L’architecture et le développement des villes en Tunisie ont vécu un essor florissant à l’époque ottomane. Les traces en témoignent : Mosquées, Madrassa, Turba, palais et demeures.

(Dar Lasram, Tunis, © Amine Zid)

Puis, aux XIXe et le XXe siècles, les villes tunisiennes ont connu des bouleversements radicaux à l’échelle architecturale et urbaine à l’image des bouleversements politiques, économiques, intellectuels et sociaux.

D’ailleurs, les habitations et les édifices publics construits à l’époque coloniale allient les matériaux locaux avec les nouveaux matériaux de l’époque comme le béton et l’acier et témoignent d’innovations et de progrès techniques qui répondent aux nouveaux besoins structurels et qui font signe de croissance économique.

(Rue de Rome, Tunis, © Amine Zid)

(Immeuble d’Habitation, Béja, © Amine Zid)

De ce fait, les villes tunisiennes disposent d’un riche patrimoine historique qui leur confère une identité reconnue sur tout le territoire national et même à l’échelle mondiale. Certaines façades d’immeubles du XIX e siècle sont des pièces d’art : Moulures, hauts-reliefs, ornementations florales,…Les expressions architecturales n’en manquent pas.

(Villa, La Marsa, © Amine Zid)

(Borj Boukhris, Carthage, © Amine Zid)

La Caserne de la Kasbah, l’hôtel de ville de Sfax, le consulat d’Angleterre, les immeubles de rapport à Tunis, les chalets de Béni M’tir,… témoignent encore aujourd’hui, par leurs architectures, de la richesse du vocabulaire et des styles architecturaux qui marquent nos villes et les caractérisent. Les immeubles sis aux cœurs des villes coloniales constituent un héritage architectural et culturel à préserver. Le maintien de la mémoire collective construit une identité. La mémoire de nos villes serait altérée si nous ne les défendons pas contre la loi « Imeuble Menacant Ruine » qui promulgue la densification urbaine.

(Bastion de la Kasbah de Tunis, © Badis Hadj Said)

Qui dit mémoire, dit souvenirs. La mémoire collective fait référence aux souvenirs et aux représentations mentales d’un groupe ou d’une communauté ayant un passé commun. Ces souvenirs ne peuvent pas être dissociés du lieu où se sont déroulées des actions qui caractérisent ou qui ponctuent un passé. Ce lieu est de ce fait un « lieu de mémoire », refuge de la mémoire collective. Il acquiert un sens et devient porteur de signification. L’architecture nous renvoie alors à une culture, aux rituels et aux événements qui ont marqué une époque bien déterminée.

Il est inconcevable de démolir une architecture laissée à l’abandon. Un diagnostic technique et architectural exhaustif, réalisé par des experts en patrimoine et en architecture, est primordial pour juger de l’état de sa dégradation. La substitution d’un immeuble par une nouvelle construction dépourvue d’âme sans renvoi aux spécificités architecturales de son environnement urbain immédiat constituerait un danger qui menacera notre héritage architectural et qui affectera la mémoire collective et la mémoire des lieux.

Les solutions sont pourtant multiples ; selon l’état des lieux, nous pouvons avoir recours à plusieurs modes d’interventions sur ce patrimoine en péril.

R comme Résurrection, Restauration, Réhabilitation, Rénovation et Reconversion:

(Exemple de Reconversion : Reconversion et Rénovation de l’église de Mornag, Architecte Karim Chaabane, © Emin Ben Hbib)

Le risque de voir son identité s’éroder s’accentue. Citoyens, architectes, urbanistes et historiens  doivent agir pour sauver la mémoire collective et valoriser notre patrimoine matériel bâti. Tout en palliant au chaos formel hétéroclite des façades urbaines et des nouvelles formes architecturales, nous œuvrons à la Résurrection des immeubles menaçants ruine, dont certains sont des joyaux architecturaux, et ce,  par la Restauration, la Reconversion ou la Réhabilitation.

 

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com