Tunisie [Vidéo]: Chawki Tabib révèle les insuffisances du cadre législatif de la transparence du financement des partis politiques

Le président de l’Instance nationale de lutte contre le corruption (INLUCC), Chawki Tabib a estimé que la persistance des lacunes dans le cadre législatif sur la transparence du financement des partis politiques et des campagnes électorales représente une menace pour la démocratie dans le pays.

Il a souligné qu’il s’agit d’un fait intentionnel, mettant en garde contre la poursuite des lacunes relatives au financement des partis politiques.

Il s’est félicité des progrès réalisés dans le financement public des partis politiques, appelant tous les intervenants à œuvrer à favoriser une plus grande transparence .

Chawki Tabib a affirmé qu’il s’agit d’une responsabilité commune qui repose principalement sur le gouvernement mais aussi sur les partis politiques la justice et les trois pôles judiciaires.

Il a conclu qu’on ne peut pas “avoir le beurre et l’argent du beurre”, mettant en garde contre le libanisation du pays qui a eu à un certain moment une démocratie affectée par les lacunes dans la transparence du financement des partis politiques.

Evoquant l’affaire du conflit d’intérêts impliquant le chef du gouvernement, Elyès Fakhfekh, Chawki Tabib a affirmé qu’il partage la remarque de Fakhfekh selon laquelle il n’était pas un juge pour émettre des verdicts de condamnation.

Il a souligné à ce sujet que l’INLUCC agit en fonction des attributions que lui procure la loi, à savoir signaler les cas de conflits d’intérêts à la justice qui tranche pour condamner ou innocenter.

Tabib a rappelé que le conflit d’intérêts figure aussi dans l’article 90 de la Constitution qui interdit au chef du gouvernement et aux ministres et fonctionnaire de l’Etat de combiner une ou des opérations notamment de nature commerciale entre leurs postes et leur fonction.

Leave a Comment

Cliquez pour s'abonner à nos notifications