Tunisie – VIDEO : Le comité de défense de Belaïd et Brahmi accuse !

L’avocat Ridha Raddaoui, membre du collectif de défense des martyrs Bélaïd et Brahmi, a tenu, ce jeudi, un point de presse après que les protestataires aient été évacués manu-militari, du bureau du procureur de la République. Il s’est au début, plaint des violences policières pratiquées sur eux. Puis il s’est directement attaqué au magistrat Béchir Akremi, le qualifiant “d’insulte à la magistrature tunisienne”.

Il a assuré que ses camarades et lui-même étaient en train de mener une bataille pour l’indépendance de la justice et qu’ils allaient empêcher la tenue des audiences. Raddaoui a ajouté qu’ils continueront leur sit-in jusqu’à ce que justice soit rendue aux martyrs et que les accusés qu’ils ont demandé à auditionner soient convoqués. Il a accusé le procureur de la République de couvrir les suspects dans ce dossier et assuré que le corps des avocats ne lui pardonnera jamais son comportement d’aujourd’hui.

Raddaoui a déclaré que les avocats demandaient à auditionner tous les suspects quels qu’ils soient, le magistrat Akrem, à leur tête, ajoutant que le collectif de défense détenait de nouveaux éléments à charge de ces suspects, notamment en ce qui concerne l’appareil secret d’Ennahdha. Devant l’inaction de l’appareil judiciaire, Raddaoui a promis de diffuser sur les réseaux sociaux les milliers de documents dont le collectif disposait et qui incriminent les suspects.

A noter que le collectif a diffusé des dizaines de photos saisies chez le responsable de cet appareil secret, qui concernent des dizaines de maisons, de voitures et de personnes qu’il espionnait. Il a appelé les gens qui se reconnaîtront dans ces images d’aller porter plainte contre cet appareil. Il a ajouté que le collectif diffusera, de cette façon, l’intégralité du dossier qui avait été transmis à Feu Béji Caïd Essebsi qui l’a présenté au haut conseil de sécurité.

Raddaoui a ajouté qu’ils allaient porter plainte contre le directeur général de la sûreté nationale qui a donné les ordres pour agresser les avocats.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut