Tunisie – Vidéo : Les enseignants agressent les journalistes sur ordre de Lasaâd Yaâkoubi

Un grave précédant a eu lieu ce mercredi sur le parvis de l’Avenue Habib Bourguiba, quand des journalistes ont été pris à partie et agressés aussi bien physiquement que moralement par des ” pseudo-enseignants ” censés éduquer les jeunes générations.

Les confrères victimes et témoins de ces attaques ont assuré que Lassaâd Yâakoubi a donné sa bénédiction à l’équipe d’une seule chaîne TV connue pour son hostilité affichée au gouvernement et son ” parrainage ” des grèves des enseignants. Il aurait donné aussi ses ordres à ses ” sbires ” pour ” virer ” tous les autres journalistes, qui ont été traités de tous les noms et accusés de travailler pour le compte d’agendas particuliers.

Les agressions et humiliations ne se sont pas arrêtées à ce niveau, puisque nos inqualifiables ” éducateurs ” desquels on attend qu’ils donnent la meilleure éducation à nos enfants, se sont laissés emportés par leur rage, pour passer à l’action et agresser physiquement les journalistes, en prêtant une attention particulière aux représentants de certains médias qui sont jugés par le tout puissant Lassaâd Yaâkoubi, comme hostiles à son ” épopée” et à sa ” prise en otage des enfants du pays”.

Une des victimes de ces infâmes “éducateurs” a eu beau crier qu’elle était enceinte n’a, semble-t-il fait qu’attiser la haine de ces ignobles “enseignants” qui l’ont rouée de coups et voulu saccager sa caméra. Sachant que nos confrères n’avaient jamais été confrontés à de tels comportements, y compris par les groupes dits “terroristes ” quand ils avaient couvert des événements d’une rare violence, comme l’attaque de l’ambassade US à Tunis.

Suite à ces débordements orchestrés par Lassaâd Yaâkoubi qui a ainsi dépassé toutes les lignes rouges, puisqu’il avait affirmé à plusieurs reprises que, dans sa croisade pour obtenir des augmentations, il ne reconnaissait, cette année, aucune ligne rouge, y compris celles imposées par ses patrons de la centrale syndicale.

Le SNJT a publié un communiqué pour condamner ce comportement infamant de gens qui sont censés êtres des éducateurs et apprendre aux futures générations, les bonnes manières. Le SNJT a affirmé qu’il se réservait le droit de poursuivre en justice les responsables de cette violence gratuite envers les journalistes. Il a par la même occasion, publié la liste des consœurs et confrères qui ont fait les frais de la sauvagerie de cette ” horde”. Il s’agit, entre autres de :

Amira Houimli et Abdessalem Farhat, de la chaîne TV Al Hiwar;

Fatma Abdelli et Adel Bousenna, de la chaîne TV Hannibal;

Aïcha Safi et Hamdi Khaïrallah, de la chaîne Al Janoubiya;

Abderrahim Rezgui, correspondant de la chaîne libyenne 218;

Latifa Anouar, de la radio Amal;

Maha Essid, de la radio Med FM;

Maher Seghaïer, de la radio Jawhara FM;

Malek Khaldi, de la radio Shems FM;

Maroua Khenissi du site TunisieNumerique.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com