Tunisie – VIDEO : Réaction d’Abir Moussi, à partir du parlement européen, à la loi visant à l’exclure des élections

La présidente du PDL, Abir Moussi qui était ce mardi, au parlement européen, pour informer, a-t-elle précisé, nos partenaires européens, ainsi que la communauté internationale de ce qui se trame dans les coulisses en Tunisie et qui va mettre en péril le processus démocratique. Elle a précisé qu’elle a rencontré un certain nombre d’eurodéputés et elle leur a parlé des crimes et dépassements perpétrés par les islamistes et leurs alliés dans le pays, comme la violence politique et même, physique, ainsi que tous les autres dépassements.

Moussi a déclaré que l’abrogation de l’amendement de la loi électorale, aujourd’hui par l’ARP, s’apparente à un crime contre l’humanité, sachant a-t-elle ajouté, que les parties qui ont décidé de l’exclure des élections sont celles là mêmes,qui sont derrière l’apparition du terrorisme en Tunisie.

Moussi a annoncé que l’image de la Tunisie et de sa démocratie ont été ternies par cette loi, alors qu’on n’en avait pas besoin. Elle a expliqué qu’au lieu de s’évertuer à sortir des lois illégales qui ont fait de parfaits anonymes des victimes et des héros politiques, l’Etat aurait mieux fait d’appliquer son arsenal législatif existant pour pénaliser les personnes qui ont abusé de publicité politique illégale et d’argent d’origine indéterminée.

Abir Moussi a assuré que les articles ajoutés à la loi électorale ne la concernaient pas en personne, notamment en ce qui concerne les conditions du discours politique. Bien au contraire, ce sont des articles qui pourraient être utilisés contre les islamistes, dans la mesure où ils prônent une dictature inégalée et tiennent un langage d’exclusion, comme ils sont les premiers impliqués dans la promotion et l’éloge du terrorisme.

Elle a ajouté que cette loi n’allait rien changer à la ligne directrice du PDL, qui mène contre eux, une bataille politique et qu’ils ne pourront jamais la faire taire. Elle a rassuré ses partisans que cette loi ne les empêchera pas de se présenter aux élections et que tout ce que fait le PDL est strictement légal et n’est en rien répréhensible. Elle a précisé que ses droits civiques ne seront pas tributaires d’une soi-disant loi « fasciste » qui leur permet d’évaluer et d’interpréter son discours comme bon leur semble.

Moussi a ajouté qu’à quelque chose malheur est bon, expliquant que ce qu’ils ont fait, aujourd’hui a dévoilé leur vrai visage et a montré qu’ils ont peur de la vraie concurrence et surtout, désigné leurs alliés politique, de la confrérie des frères musulmans.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com