Tunisie – VIDEO : Saïed : La seule légalité consiste à laisser Youssef Chahed continuer sa mission

Le président de la République Kaïs Saïed a convoqué, ce lundi près midi, au palais de Carthage, le président d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, qu’il a reçu en présence du chef du gouvernement sortant, Youssef Chahed.

Le Cheikh a passé, à l’occasion, un sacré quart d’heure. Il a été pris à partie, d’entrée, par Kaïs Saïed, qui lui a signifié que ce qu’il était en train de préparer, lui et les siens, n’est qu’un coup d’Etat en bonne et due forme, contre la Constitution. La gestuelle était éloquente, avec les regards inquisiteurs de Saïed et la mine fermée et taciturne du Cheikh, qui accusait les coups de butoir sans bouger un seul cil, crispé au fond de son fauteuil.

Saïed à fustigé toutes ces parties qui se sont érigées en maisons d’Iftaa. En ajoutant que les fatwas énoncées par ces personnes sont malheureusement très loin des textes de loi et de la Constitution.

Saïed a ajouté que la seule référence de législation dans ces cas, reste la Constitution et qu’il n’est donné à personne de l’interpréter à sa guise ou selon ses besoins.

Il a expliqué à Ghannouchi qu’on ne peut pas retirer la confiance à un gouvernement auquel on ne la lui avait pas accordée. Il a ajouté qu’on ne peut pas non plus retirer la confiance à un gouvernement de gestion des affaires courantes et que çà n’avait aucun sens.

Il lui a, par ailleurs, signifié qu’il était, de par sa position de président de la République, le garant du respect de la Constitution et aussi de la continuité de l’Etat. La continuité de l’Etat, dans la légalité, ne peut se faire, en cas de refus de la confiance au gouvernement Fakhfekh, qu’avec Youssef Chahed qui devra poursuivre la mission telle qu’elle lui avait été confiée.

Le Cheikh n’en revenait pas d’être attaqué de front par Kaïs Saïed, à propos duquel il disait, pas plus tard qu’hier, qu’il ne bougeait pas face à lui, et qu’il le maîtrisait de bout en bout.

Le vrai objectif de cet entretien, ainsi que de la diffusion de la vidéo des paroles de Kaïs Saïed était, non pas d’informer Ghannouchi qu’il manigançait contre la loi et contre la Constitution mais, plutôt, de le mettre devant ses responsabilités, devant Dieu et l’histoire, comme il le lui a signifié, mais, aussi, devant le peuple tunisien, que Saïed a voulu prendre pour témoin face aux manigances d’Ennahdha et des dispositions de la Constitution qu’elle s’apprêtait à massacrer.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut