Tunisie-[vidéo]Ce que pensent les députés du projet de loi de finances complémentaire de 2019 et du projet de loi de finances de 2020

La Commission provisoire des finances de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) a auditionné le ministre des Finances, Ridha Chalghoum ce samedi 22 novembre 2019 concernant le projet de loi de finances complémentaire de l’année 2019 ainsi que celui de l’année prochaine 2020 que l’actuel gouvernement a proposé. Dans ce contexte, les députés ont exprimé, au micro de Tunisienumerique, leurs différents point de vue quant à la performance du gouvernement Youssef Chahed, dans l’application du projet de loi de finances 2020.

Le député Tahya Tounes, Marwene Falfel a affirmé que l’Etat a joué son rôle dans la mobilisation de ses ressources et dans le respect de ses obligations, notamment en matière de contrôle des déficits publics et d’évasion fiscale ce qui a eu un impact positif, selon ses dires. Falfel a ajouté que le prochain gouvernement devra suivre les pas du gouvernement actuel.

De sa part, la députée Ennahdha, Yamina Zoghlami a affirmé que le projet de loi de finances complémentaire est dû au problème du projet de loi de finances de 2019 ajoutant que le ministère des Finances doit fournir des explications relatives au taux de croissance qui n’a pas dépassé 1 % malgré l’existence de plusieurs ressources de l’Etat, notamment, touristiques.

En ce qui concerne le projet de loi de finances de 2020, la députée Ennahdha a estimé que ce dernier ne contenait pas de nouvelles mesures mais des points importants que le prochain gouvernement devrait respecter, malgré toutes les difficultés liées aux ressources incluses dans cette loi.

Le député Courant Démocrate, Mohamed Ammar a, quant à lui, estimé que le gouvernement actuel doit présenter une approche claire basée principalement sur le taux de change réel, le prix du baril de pétrole et la croissance économique, dans l’objectif d’éviter les problèmes du précédent projet de loi de finances, soulignant le danger que pourraient avoir ces problèmes.

Dans ce même contexte, le député Parti Destourien Libre, Majdi Bouthina a annoncé que son parti optait pour la numérisation des transactions financières afin de mettre fin à l’évasion fiscale et au déficit budgétaire.

 

 

 

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut