Societe

Tunisie [Vidéo+Photos] : Le pays souffre d’un déficit énergétique de 45 %, des experts préconisent le recours aux énergies alternatives

L’avenir de l’énergie en Tunisie était le sujet de la Conférence de presse de ce mardi, 04 décembre 2018 organisée par l’Institut tunisien pour des Études Stratégiques dans un hôtel de la capitale. Un certain nombre d’experts a participé à la réunion basée sur un axe important consistant à souligner que l’avenir de la Tunisie est dans le développement des énergies alternatives : solaire, hydro-électrique et éolienne.

A ce sujet, M. Néji Jalloul, président directeur général de l’Institut tunisien pour des Études Stratégiques a déclaré à Tunisienumérique que le pays souffrait de deux problèmes majeurs : l’eau et l’énergie.

M. Jalloul a souligné qu’en Tunisie le déficit était en train de s’aggraver avec le temps, qu’il est actuellement aux limites des 45 % et on s’attend à ce qu’il augmente à 77 % en 2025. La solution, selon lui est le recours aux énergies alternatives et renouvelables surtout qu’elles sont disponibles en Tunisie.

De son côté, M. Ali Ben Yahya, Président de la Fédération de l’Industrie et du Commerce de Sousse a déclaré que le taux d’utilisation des ressources gazière est de 97 % et que seulement 3 % des énergies alternatives sont utilisés, vu que les gouvernements successifs ne leur ont pas accordé l’importance requise.

Notre interlocuteur a confirmé que l’augmentation du prix des carburants pour les entreprises a atteint 32 % entre août et octobre et 52 % entre janvier et octobre 2018. Des chiffres dont l’impact menace la survie des institutions, certaines iraient même jusqu’à fermer.

Dans le même ordre d’idées, M. Béchir Nhili, Conseiller dans la gestion des ressources pétrolières a souligné que la Tunisie souffrait d’un grand déficit énergétique et que la moitié des besoins en énergie du pays est importée. C’est pourquoi il est impératif de développer les solutions alternatives et de découvrir de nouvelles ressources.

M. Nhili a indiqué que le taux de découverte de puits de pétrole il ya 10 ans était entre 10 et 15 puits l’an, mais ce taux a reculé de manière alarmante, puisqu’on n’en découvre plus qu’un ou deux seulement.

Parmi les solutions qu’il propose, la diversification des ressources et l’exploitation du gaz de schiste, la découverte de nouveaux puits de pétrole et la production d’énergie.

Commentaires

Haut