Tunisie – Zenaïdi par ci… Zenaïdi par là… Pourquoi tout le monde veut l’avoir dans son camp?

Ces derniers jours, le nom de Mondher Zenaïdi, ancien ministre de l’ère Ben Ali, est revenu en force, au devant de la scène politique du pays.

Plusieurs partis se le disputent, chacun assurant qu’il a eu avec lui, des pourparlers et qu’il allait l’avoir dans ses rangs. Il est ainsi, annoncé en même temps, dans les rangs de Tahya Tounes, selon les déclarations de Slim Azzabi, le coordinateur du mouvement en constitution et dans les rangs de Nidaa Tounes, selon les déclarations de plusieurs leaders du parti.

Il semblerait même, que Nidaa Tounes lui ait promis le Secrétariat général du parti, au grand désarroi de quelques uns à l’image de Ridha Belhaj qui en perd le nord, se retrouvant de plus en plus recalé en queue de peloton. Et comme pour donner plus de crédibilité à cette thèse, ne voilà-t-il pas que Slim Riahi a présenté ce même jour, sa démission du poste de secrétaire général de Nidaa Tounes.

S’il est vrai que ceux qui étaient qualifiés, il y a quelques années de caciques de l’ancien régime et qui étaient considérés comme des pestiférés, reviennent au goût du jour et ont fini par s’imposer en tant que compétences incontournables, sans lesquels il ne saurait y avoir de plan de renflouage du pays et de son économie, le cas de Mondher Zenaïdi demeure, tout de même assez particulier.

D’abord par l’habituelle et légendaire discrétion de l’homme qui a préféré s’éloigner des feux de la rampe, pour laisser la place a ceux qui exigeaient leur chance. Ensuite, par les qualités hors normes du personnage qui font qu’on se le dispute comme une perle rare qu’il fait bon d’avoir dans sa couronne. Car le parcours de Zenaïdi, quoi qu’en disent ses rares détracteurs, reste un exemple de réussite, d’abnégation, d’amour de son proche, de compétence et de patriotisme.

C’est probablement, pour cette raison que l’on se dispute ce polytechnicien, à la limite alchimiste, qui a tendance à transformer tout ce qu’il touche en or. On se le dispute pour deux raisons : D’abord, on aimerait tant qu’il fasse partie de son équipe, mais aussi, de peur de le retrouver dans les rangs des parties concurrentes.

Les responsables politiques savent qu’en se « payant » les services de Mondher Zenaïdi, on est gagnant à tous les niveaux : On gagne une compétence qui n’a plus à faire ses preuves, une expérience à toutes épreuves, un patriotisme sans faille, l’amour des laissés pour comptes, un énorme capital sympathie qui dépasse largement la région de Kasserine d’où il est originaire … Mais aussi et surtout, on gagne une « machine électorale ». Car Zenaïdi pourrait bien constituer un atout majeur dans les prochaines élections qui pourrait bien faire pencher la balance dans la direction où il va se situer.

Il reste à savoir quel est l’avis de Mondher Zenaïdi de tout çà ? Car tout le monde parle de lui et cite son nom, alors que lui ne s’est toujours pas manifesté, à part, peut-être, une timide apparition lors des festivités du centenaire de l’Espérance Sportive de Tunis ! Tiens ! Voilà un atout de plus dans les cordes de Zenaïdi qui pourrait fédérer les centaines de milliers de fans du Club de Bab Souika qui ne lui vouent encore et toujours, que de l’amour et du respect. Surtout quand on pense qu’un Slim Riahi a pu grignoter un bon électorat rien qu’en sa qualité de président du Club Africain!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com