Societe

Tunisie[Vidéo]: Fête de la Femme tunisienne, parole à la femme rurale

La Femme tunisienne célèbre ce dimanche 13 août 2017, la fête nationale de la Femme tunisenne, une opportunité de faire le bilan de la marche inexorable vers l’émancipation et l’égalité pour toutes les Tunisiennes.

Après 61 ans de code du statut personnel qui fût le premier jalon vers la,liberté , la dignité et l’émancipation, la Femme tunisienne continue à glaner ses droits vers l’ultime but de l’amélioration de ses conditions et l’égalité avec l’homme.

Cette année s’est particularisée par l’adoption de la loi contre la violence faite aux femmes le 26 juillet dernier. Une victoire éclatante  pour la Femme sur la voie de la dignité.

Tunisienumérique a tenu cette année , à l’occasion de la Fête de la Femme tunisienne, à donner la parole aux femmes rurales qui souffrent toujours de la dégradation de leurs conditions de vie en dépit des efforts déployés par les autorités.

Des souffrances quotidiennes pour aider sa famille et tenir à côté de ses parents deux personnes âgées, c’est que nous a confié Marième qui fait la récolte dans un champ de raisin à Mornag.

Intimidée par la caméra Marième évoque sa lutte quotidienne ainsi que celle de beaucoup d’autres femmes dont la profession est la récolte de raisins pour gagner leur pain quotidien.

Un travail de détermination et un don de soi se reflètent à travers le regard de Marième.

Debout pendant 8 heures pour couper les feuilles de vigne afin que les rayons puissent atteindre les raisins et les mûrir pour que ce fruit ait toute la saveur du terroir, n’est pas une entreprise facile mais une opération laborieuse qui précède la récolte des grappes de raisin, avant d’être vendu sur le marché plus tard.

Sous les rayons du soleil brûlant ces femmes qui luttent pour la vie avec de bas salaires ne dépassant guère quelques dinars par jour, acceptent avec une grande résignation leur sort avec des yeux pleins d’optimisme et d’espoir pour un avenir meilleur.

Ainsi, Marième ambitionne d’évoluer et réaliser ses rêves. Mais pour cela, elle a besoin d’encadrement de la part des autorités et des associations ce qui n’est pas encore disponible.

Non loin du vignoble, Tunisienumérique a rencontré une autre femme travaillant dans l’élevage de vaches et la vente du lait , une petit élevage familial.

Elle aussi constitue le seul soutien de sa famille en aidant son mari et oeuvre à se prendre en charge sans demander l’aide de personne.

Mnira évoque ses conditions de vie difficiles et la faible rentabilité de ce travail agricole surtout qu’elle n’a pas eu d’enfants pour l’aider à supporter les difficultés de la vie et alléger le poids de son âge avancé.

Evoquant ses souffrances, elle a cité les difficultés rencontrés pour acheter le fourrage et les médicaments pour les animaux qui leur donnent une bonne quantité de lait lui fournissant ainsi qu’à son mari leur pain quotidien.

Telles sont les conditions d’une infime partie des femmes rurales tunisiennes qui travaillent dur et dans la persévérance dans le silence loin des échos des médias, mais un travail acharné.

Ainsi c’est une fête sans goût pour ces femmes rurales, surtout qu’elles sont considérées comme un réservoir électoral vers lequel se précipitent tous les politiciens à chaque rendez-vous électoral juste pour obtenir leurs voix sans un retour en contrepartie.

Ces hommes et femmes politiques font de la liberté des femmes et leurs droits un fonds de commerce qu’il n’hésitent pas à exploiter pour se hisser au pouvoir sans se soucier du sort ces femmes qui militent et souffrent dans l’ombre.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut