news

Version du ministère de l’Intérieur sur les incidents survenus lundi à l’avenue Habib Bourguiba

«Environ 300 personnes se sont rassemblées, lundi, devant le siège du ministère, scandant des slogans hostiles aux forces de sécurité sur les lieux et proférant des injures à leur encontre», a précisé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué rendu public mardi.

Entre-temps, ajoute le ministère, un des manifestants a enflammé une «grenade à main de gaz», ce qui a provoqué un état de panique chez les manifestants qui se sont dispersés dans toutes les directions, faisant remarquer que la grenade utilisée est parmi les équipements volés lors des attaques précédentes commises contre les services de sécurité.

Selon le même communiqué, certains manifestants ont lancé des pierres sur les agents de sécurité et vandalisé des biens publics et privés, ce qui a nécessité  l’intervention des unités de sécurité pour les disperser.

Principale Organisatrice de cette manifestation, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a stigmatisé, mardi, dans un communiqué, l’intervention musclée des unités de sécurité et leur agressivité excessive envers les manifestants qui revendiquaient, principalement, une justice équitable, l’accélération du jugement des symboles de la corruption et l’application de l’amnistie générale.  Dans des communiqués similaires, plusieurs partis politiques rejettent l’usage de la force contre les participants à des manifestations pacifiques, même si elles n’ont pas été autorisées, réaffirmant leur attachement à la liberté d’expression et de manifester pacifiquement.

Source : TAP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut