A la une

Tunisie-Vidéo: Après plus de 15 jours: Les raisons de limoger MK Nabli semblent-t-elles justifiées?!

Tunisie-Vidéo: Après plus de 15 jours: Les raisons de limoger MK Nabli semblent-t-elles justifiées?!

La séance plénière  tenue depuis le 17 juillet 2012 le matin, continue, à l’heure actuelle, sans avoir progressé de façon significative.

La décision portant sur le limogeage ou non de MK Nabli n’a pas du tout les même conséquences, pour la Tunisie en général et pour l’économie tunisienne en particulier, que  le remplacement d’un responsable administratif voire  gouvernementale.

Le Gouvernement provisoire n’est pas pressé de faire plaisir à Moncef Marzouki

Moncef Marzouki, le président provisoire de la République, a décidé de limoger MK Nabli le 27 juin 2012, sachant que l’ANC dispose de 15 jours pour valider cette décision d’après la loi portant sur l’organisation des pouvoirs publics.

Après presque 3 semaines, le 17 juillet 2012, une séance plénière a été prévu pour discuter le limogeage du gouverneur de la BCT, presque sans aucun retard !

Peut être le retard pris se justifie-t-il par la solidité et la profondeur des motifs officielles présentés par les membres du gouvernement concernés.

Ridha Saïdi fait subitement volte face sur le dossier Nabli

Après avoir démenti l’accord réalisé par les trois président concernant l’affaire Nabli, Ridha Saïdi, le ministre chargé des affaires économiques, a stupéfié les Tunisiens ainsi que les députés présents à l’ANC, jusqu’à une heure tardive, d’abord par sa volte face et ensuite par la faiblesse des justifications fournies.

Sachant que le problème évoqué dans le débat est lourd de conséquences pour l’économie tunisienne et particulièrement pour l’image de la Tunisie auprès des organismes monétaires et financiers  internationaux, Ridha Saïdi, a présenté un acte d’accusation basé sur quatre points.

D’abord, il considère que  la relation de la BCT avec le gouvernement a engendré une perte de confiance de la part du gouvernement. De plus, il critique Nabli pour son intransigeance sur l’indépendance de la BCT qui nuit à la coordination entre la politique monétaire et budgétaire.

Ensuite, il  reproche à MK Nabli, ses méthodes de gestion au sein de la BCT qu’il juge trop autoritaire et centralisée.

Saïdi considère, aussi,  que la restructuration du secteur bancaire implique des réformes structurelles qui n’ont pas été initiées par la BCT.

Enfin, le ministre reproche à MK Nabli le manque de résultat dans le dossier épineux de la restitution  des avoirs tunisiens à l’étranger. D’autre part, il rappelle  que la commission nationale chargée de cette tâche est présidée par le gouverneur de la BCT.

Les raisons du limogeage de Nabli : « La montagne accouche d’une souris »

Après toute cette période écoulée pour donner des explications solides et convaincantes à propos du limogeage du gouverneur de la BCT, le gouvernement nous a encore une fois impressionné par la faiblesse et le manque de sérieux de son discours.

Le manque de crédibilité et de cohérence dans l’acte d’accusation prononcé par Ridha Saïdi, semble donner raison à la thèse de la volonté de revanche de Moncef Marzouki après l’humiliation subie de la part de Hamadi Jebali, chef du Gouvernement provisoire dans l’affaire de l’extradition de Baghdadi Mahmoudi.

En effet, le désaccord qui a surgi entre les députés de l’ANC sur ce sujet semble démontré qu’une partie de l’ANC n’a pas été convaincue par le discours tenu par Saïdi (notons de surcroit que son discours a été interrompu plusieurs fois par les députés) ou alors, c’est que le gouvernement n’a pas encore trouver le «serviteur idéal» pour remplacer Nabli à la tête de la BCT.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut