Vidéo-Tunisie: Rafik Abdessalem présente les activités du ministère des A E durant les deux derniers mois

Lors de la conférence de presse tenue ce matin au ministère des Affaires étrangères, le Ministre a passé en revue les activités ministérielles depuis le 27 décembre 2011.

Au cours de cette conférence le ministre a répondu à plusieurs questions portant sur divers aspects de la diplomatie tunisienne. Des questions concernant les relations entre la Tunisie et les premières puissances mondiales comme l’Allemagne, la France, l’Italie ou les pays arabes, comme  la Syrie, le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Libye et la Palestine.

Les détails de l’affaire de la Syrie

Le ministre s’est exprimé longuement sur l’affaire syrienne, notant que  la Tunisie accueillera, le 24 février un congrès international sur la Syrie, d’autre part il a parlé de la situation et de la position prise pour les 1800 Tunisiens résidents en Syrie, quelque 450 employés, 280 exerçant des professions libérales, 17 cadres, 473 élèves et étudiants, 580 enfants âgés de moins de 6ans en plus des 362 chômeurs. Rafik Abdessalem a aussi précisé que le ministère s’occupe sérieusement et sans relâche de la communauté tunisienne.

En outre, Rafik Abdessalem a affirmé que la Tunisie essaye de trouver une solution pour que les autorités syriennes soient présentes au congrès malgré que les premiers indicateurs démentent la participation de la Syrie, «La Tunisie ne sera jamais un facteur d’ingérence pour la Syrie.» Ajoute-t-il.

Les relations Tuniso-libyennes sont stables

Concernant le sujet de la Libye, le ministre a calmé les journalistes en affirmant que la fermeture du point de passage de Ras-Jedir est provisoire, et ce par commun accord entre les deux pays, pour la célébration du premier anniversaire de la Révolution libyenne, «Les échanges économiques seront retardés de quelques jours. Nos relations seront toujours stables avec la Libye», a-t-il ajouté.


La visite en France est reportée et l’affaire des immigrés disparus en Italie est en cours d’investigation

«Vue les élections présidentielles, le président Marzouki a reporté sa visite en France mais les relations historiques Franco-Tunisiennes restent toujours solides.»
Restant toujours sur les territoires européens, le ministre a annoncé la participation de la Tunisie, le 20 février courant à la conférence 5+5 à Rome. “Cette collaboration permettra la renaissance des relations dans plusieurs domaines: économique, commercial, sécuritaire, et surtout, nous aidera à mieux traiter l’affaire des immigrés tunisiens perdus”.

Le ministre a déclaré que son département s’engage avec le ministère de la Défense à résoudre cette affaire, soulignant qu’ils ont crée un comité spécialisé dans l’investigation sur place, présidé par le secrétaire d’État de l’immigration et des affaires étrangères.

Des dettes de 60 millions d’euros seront transformées en  investissements

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères a annoncé que l’Allemagne a décidé de transformer les dettes tunisiennes, environ 6O millions d’euros, pour promouvoir l’économie tunisienne et créer plus de postes d’emploi.
De plus, le ministre a évalué les efforts allemands sur le plan économique qui se manifestent par la création d’un nouveau projet «Desertec»  basé sur l’énergie solaire. Ce projet promet d’employer environ 20.000 Tunisiens.

Travail renforcé pour créer une Union Maghrébine

S’exprimant sur les pays voisins, Rafik Abdessalem a mentionné que l’État cherchait la renaissance d’une Union Maghrébine, précisant que cette union était l’aboutissement d’une volonté commune. En effet les ministres des Affaires Étrangères des Pays Maghrébins se réuniront samedi 18 février à Rabat, pour la mise en valeur de cette coopération attendue.
Dans le même contexte, le ministre a annoncé que la Tunisie tiendra un sommet dans les prochains jours pour discuter du travail collectif à entamer pour concrétiser cette volonté.

Le soutien Qatari

Le ministre a affirmé que le Qatar a envoyé des aides au profit des familles tunisiennes qui ont souffert de la dernière vague de froid, à la suite d’une demande personnelle du ministre lui-même, ce qui prouve notamment les liens d’amitié qui unissent les deux gouvernements.

Commentaires

Haut