Economie

Wifak Bank : Remarquable participation aux Journées annuelles du Club des dirigeants de banques et des établissements de crédit d’Afrique

Wifak Bank, sponsor officiel des Journées annuelles du Club des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique, a activement pris part à cet événement organisé à Tunis les 9 et 10 février 2023.

La forte mobilisation des responsables et cadres de la banque a concouru à la réussite de cette manifestation exceptionnelle de par la qualité de l’assistance et la portée des thèmes développés.

Mme Boutheyna Bouhlel, Cheffe de Pôle Opérations de Wifak Bank, a évoqué en marge de cet événement le positionnement de son établissement en Tunisie et en Afrique, les partenariats que la banque a noués et sa marge de progression dans un continent en pleine émergence.

La Wifak voit grand et développe son marché

La finance islamique est en plein essor en Afrique, en effet les banques et les intervenants ont un appétit croissant pour ce produit. Rien qu’en Tunisie il y a trois banques commerciales qui opèrent selon les principes de la finance islamique, et Wifak Bank en est le dernier-né. C’est donc une activité qui se fraye son chemin, qui fait de la croissance et prend des parts de marché de plus en plus importantes. A cette dynamique nationale s’ajoute la vision régionale et continentale…

Wifak Bank ambitionne de créer un groupe régional qui étend son périmètre jusqu’aux pays voisins et en Afrique. Des jalons solides pour promouvoir la finance islamique ont été posés en Libye depuis un certain temps, idem pour les autres pays d’Afrique du Nord et d’ailleurs sur le continent. L’Afrique de l’Est et de l’Ouest commencent également à prendre le virage de la finance dite éthique dans certains pays.

Une transformation unique d’une compagnie de leasing à une banque universelle islamique

La palette des interventions va de l’accompagnement du client qui souhaite internationaliser son activité en menant des opérations de commerce extérieur avec d’autres pays, notamment en Afrique, à l’assistance technique. “La Tunisie aujourd’hui à travers ses opérateurs économiques, Dieu merci, est portée sur d’autres pays africains“, a confié la Cheffe de Pôle Opérations de Wifak Bank.

Par ailleurs et dans le cadre d’échanges et de partenariats divers, l’établissement a reçu des délégations de banques de pays comme le Burkina Faso, le Sénégal et du Mali qui ont émis le souhait de convertir leur activité de conventionnelle à islamique. La banque ayant elle-même vécu l’expérience réussie d’une transformation de société de leasing en banque devient l’adresse indiquée pour ces institutions désirant se transformer en banque spécialisée dans la finance islamique. D’ailleurs l’expérience a été tellement concluante que Mr Mohamed Mellousse, Président et Fondateur de Wifak International Bank, a reçu le trophée du “Meilleur Projet de Transformation”.

Ainsi et Grâce à la mobilisation de toutes les équipes et la bonne organisation, toutes les missions et visites ont été couronnées de succès et nous avons recueilli beaucoup d’estime pour l’expérience tunisienne et l’expérience de Wifak Bank en particulier“, a déclaré Mme Bouhlel. Reste le problème de la non-intégration, qu’elle soit régionale ou continentale. Cela a un coût certain sur les Etats et leurs PIB, sur la croissance et le développement des économies régionales. “Nous avons tous intérêt à travailler chacun de son côté sur l’accélération de cette intégration. Les autorités ne pourront que suivre et appuyer les efforts des opérateurs économiques…“, a déclaré la responsable.

Les banques indiquent la voie pour une prospérité partagée

Le secteur financier a attaqué ses chantiers, ces Journées annuelles à Tunis en sont l’illustration. Au niveau des Conseils des banques et établissements financiers régionaux le sujet de l’intégration est prégnant. Il y a des programmes dans ce sens, les opérateurs économiques sont très actifs et sont demandeurs d’un accompagnement des banques. Wifak Bank répond à ces requêtes par les services et les produits de financement qu’elle ne cesse de développer…

Si chacun fait son devoir comme il se doit de son côté, je crois que la synergie va permettre de réaliser cet objectif tant cher à nous tous qu’est l’intégration continentale et la mise en place de la zone de libre-échange interrégionale“, a déclaré Mme Bouhlel.

La pandémie du Coronavirus a laissé des traces, et Wifak Bank en tant que partenaire des opérateurs économiques est aux premières loges pour mesurer les dégâts, soutenir les entreprises impactées et les accompagner dans leurs efforts de reprise et de relance. Les économies en ont certes été certes été fragilisées mais il demeure tout de même un grand potentiel.

Il ne faut pas perdre de vue les spécificités et le potentiel de ces économies et leur grande marge de progression. Cette situation impose un regard accru sur ce que peuvent apporter une coopération et un échange entre les pays de la région et surtout dans le secteur bancaire et financier.

L’Afrique “a tout pour réussir… On a tout”

Aujourd’hui plus que jamais “il faut se retourner vers le continent africain pour y puiser tout le potentiel de croissance, identifier et saisir les opportunités de coopérations bilatérales pour faire avancer le projet d’intégration. Toutes les conditions sont réunies pour réussir un tel projet : Nous avons formé les compétences requises et développé un certain savoir-faire, le continent est riche en matières premières, les prémices d’un tissu industriel ont commencé à se sentir et d’autres facteurs plaident en faveur de cette intégration“, a affirmé la responsable de Wikak Bank. Et elle trouve très positif que dans le discours des officiels il y ait une prise de conscience de la nécessité de réussir le projet d’intégration et de développer les échanges au sein du continent.

Par ailleurs et dans le domaine de l’agriculture, la guerre en Ukraine est venue rappeler aux nations et aux peuples les risques d’une dépendance et les inciter à œuvrer à mieux et plus produire pour aller dans le sens de l’autosuffisance alimentaire.

Dans ce cadre la Banque Africaine de Développement (BAD) joue un rôle important de banque de développement. Ses financements pour des projets d’infrastructure et projets d’investissement dans divers secteurs économiques répondant aux exigences en matière de RSE – Responsabilité Sociétale et Environnementale sont une des clés du décollage du continent. Ces financements, accompagnés généralement par des mesures d’assistance technique, ont un impact durable sur les économies des pays Africains.

Maintenant ce qui manque à mon humble avis, c’est l’intégration au niveau infrastructures et logistique. Aujourd’hui les coûts du transport interrégional sont élevés et plombent parfois la compétitivité des entreprises continentales“, a déploré Mme Bouhlel. Le paradoxe suprême c’est que, parfois, le coût d’importation de pays européens ou asiatiques, est moins élevé que celui d’une opération dénouée au sein du continent. La BAD, encore une fois, peut certainement jouer un rôle important sur ce volet en mettant en place des financement projets d’infrastructure et de transport, la solution pour que l’Afrique relève ces défis et entame sa marche vers le destin qu’elle mérite au regard de son potentiel et de ses immenses ressources.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut