Societe

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République concernant l’annonce officielle de la création de la « cité médicale » de Kairouan.

Par Adel Hidar

Monsieur le Président de la République,

Vous avez annoncé le vendredi 10 juillet 2020 le démarrage de la deuxième phase des études pour la réalisation d’une cité médicale à Kairouan.
Nous étions de nombreux architectes à commenter ce projet pharaonique suite à sa diffusion sous la forme de maquette numérique par la page officielle de la Présidence de la République.

Plusieurs questions se posent à propos de ce projet :

1- La notion de ville nouvelle :
Le concept de ville nouvelle qui apparaît en occident dans les années 1960 a pour principal objectif d’éviter la concentration urbaine dans les grandes métropoles et d’amorcer la décentralisation. Cette démarche territoriale concertée pourrait être louable dans le cadre d’une politique urbaine nationale basée sur un programme préétabli. Cependant, la « cité médicale » que vous présentez au peuple tunisien ne semble pas obéir à une quelconque philosophie urbaine et ne trouve pas d’équivalent dans l’histoire des villes. La création d’une cité a pourtant, depuis l’antiquité, obéi a plusieurs cirières et démarches qui ne peuvent se résumer à un simple dessin, aussi élaboré qu’il puisse paraître.

La création d’une ville nouvelle doit faire l’objet d’une étude urbaine qui requiert des compétences spécifiques. Une démarche doit être élaborée en étroite concertation avec la population locale, des études socio-économiques, statistiques et démographiques doivent être menées par des sociologues, urbanistes, géographes, ingénieurs et architectes dans la plus grande transparence.
Or, vous, Monsieur le Président, présentez votre projet « mené dans le plus grand secret », avec une « rapidité extrême des études » et conduit par les services techniques de l’armée nationale!
Pourquoi ?

Pourquoi ce caractère secret ? Pourquoi cette urgence ? Pourquoi cette démarche atypique basée sur une vision unilatérale alors que la nature même d’un tel projet requiert un maximum d’ouverture, de pluridisciplinarité et surtout de concertation !

Mesurez-vous l’importance de la planification urbaine dans la création d’une cité aussi importante ? Savez-vous les conséquences désastreuses que peut engendrer un urbanisme mal adapté au contexte géographique et humain ? Etes-vous certain d’avoir eu suffisamment d’avis (aussi des avis contraires) de la part de vos conseillers et surtout des experts qui doivent les entourer pour un tel projet ? Au vu de la présentation, il semble évident que plusieurs manquements très graves soient à déplorer, aussi bien par rapport à l’essence même du projet qu’à son adaptabilité au contexte géopolitique de notre pays.

2- La programmation architecturale :
Une cité médicale comportant toutes les composantes d’une ville déployée sur 550 hectares. Une ville orientée vers les soins médicaux avec un hôpital de 14 étages, toutes les commodités paramédicales, des infrastructures éducatives, sportives et culturelles… Des milliers d’emplois et de logements… Le tout conçu et programmé par notre armée nationale dans le plus grand secret. On croit vraiment rêver ou sortir tout droit d’un film de science fiction !

Monsieur le Président, notre pays a bien des institutions et des Ministères spécialisés dans les différents domaines de la santé, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire. Ces institutions regorgent de spécialistes dans leurs domaines respectifs; les ministères (vos ministères !) ont des politiques et des programmes stratégiques, l’Etat a des mécanismes et des rouages !

Comment la programmation architecturale de la cité médicale de Kairouan a-t-elle été élaborée ? Quels étaient les critères pris en compte, aussi bien par rapport à la politique nationale de la santé publique que par rapport à la stratégie nationale de développement territorial ? Vos conseillers ont-ils eu des avis divergents ? Y a-t-il eu des commissions d’études avec les experts et des compétences spécifiques ? encore une fois : pourquoi un tel secret et une telle opacité ?

3- Le vocabulaire architectural et la maquette numérique présentée :
Monsieur le Président de la République, notre pays compte aujourd’hui plus de 5000 architectes dont plusieurs sont spécialisés dans le domaine médical ; certains groupements d’architectes exportent leur savoir-faire (aussi dans le domaine de l’architecture médicale) Il semble tout simplement inconcevable que vous n’ayez pas été conseillé de les consulter dans le cadre de ce projet national !

Sans manquer de respect, ni remettre en cause les compétences relatives des architectes et des ingénieurs de notre armée nationale, encore moins leur bravoure ! Ces derniers ne peuvent pas réunir dans un délai aussi court toutes les compétences requises pour un projet aussi diversifié que complexe. Là aussi, cela relève du rôle de vos conseillers qui auraient gagné de vous alerter dès la toute première étape des études…

Monsieur le Président, avec tout le respect pour mes confrères qui ont participé à l’élaboration des études de ce projet, permettez-moi néanmoins de vous le confirmer : le résultat est désastreux ! Désastreux du point de vue de la conception urbaine, désastreux sur le plan architectural et paysager, mais surtout désastreux pour plusieurs professions qui se voient très franchement humiliées par une telle présentation du projet.

En premier lieu les architectes à qui nous enseignons durant 6 longues années les rudiments de la conception, de la prise en compte du contexte et la cohérence des formes et des matériaux… Exactement tout le contraire de ce que présente la maquette de votre projet que nous qualifions tout simplement de non-architecture.

Au même rang et avec autant de déception, nous déplorons d’absence totale d’une vision urbaine adaptée à notre culture. Où voyez-vous le moindre signe d’un urbanisme aghlabide dans ce projet ? Où se cachent les spécificités de nos villes arabo-musulmanes ? Où sont nos jardins andalous, nos spécificités paysagères locales ? Où est passée notre culture ?

Monsieur le Président de la République, laissez moi terminer cette lettre par une supplication !
Au nom des architectes et urbanistes tunisiens, nous vous prions de reconsidérer entièrement votre projet de cité médicale à Kairouan. Nous vous demandons de croire que la démarche adoptée et les études menées « secrètement » ne peuvent absolument pas conduire vers un projet de qualité. Au contraire, Monsieur le Président, l’absence de réelle concertation multidisciplinaire conduira un tel projet vers un échec retentissant. Les exemples d’urbanisme raté pullulent sur la planète et les conséquences sur l’humanité sont désastreuses…

Monsieur le Président de la République, consultez vos médecins, vos architectes, vos sociologues, vos historiens, vos géographes… et toutes les compétences civiles qui font la richesse de notre cher pays ! Laissons l’armée nationale nous protéger et protéger notre territoire comme elle sait le faire avec force et héroïsme depuis sa création. Laissons à chacun ses compétences et exigeons le meilleur de chacun pour le seul et unique intérêt de notre chère Nation !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut