Tunisie – Décès des onze nourrissons : Le drame était prévisible selon une étude clinique datant de 2015

Le décès des onze nourrissons dans le centre de maternité Wassila Bourguiba, si toutefois les poches de mélange de nutriments par voie veineuse sont confirmées comme étant à l’origine de l’infection, était prévisible. Par conséquent, elle aurait pu être évitée, si on se réfère à une étude clinique pratiquée dans certains hôpitaux de Tunisie, en 2015, par une équipe de chercheurs conduite par Senda Bahri, Docteur en pharmacie, actuelle directrice du laboratoire national de contrôle des médicaments et ancienne cheffe de service de la pharmacie de la maternité Wassila Bourguiba (justement).

Cette chercheuse a, en effet, publié une étude clinique en 2015, concernant les conditions de préparation de ces poches de solutions pour alimentation par voie veineuse des nourrissons. Etude qui a été publiée dans le revue « Nutrition Clinique et Métabolisme » (Volume 29, Issue 2, May 2015, Pages 77-87) et intitulée « Enquête nationale sur la préparation des mélanges de nutrition parentérale en néonatologie dans les centres hospitaliers tunisiens ».

Pour conclure cette étude, la chercheuse a écrit : « Différentes anomalies ont été mises en évidence, elles portent essentiellement sur l’absence d’une validation du processus pharmaceutique de préparation et une défaillance du contrôle des MNP (mélanges de nutrition parentérale). Il est, par conséquent, impératif de mettre en place des mesures correctives ». Par ailleurs, la chercheuse a proposé tout un plan d’action et de nombreuses recommandations pour pallier à cette situation inacceptable. Mais cette étude est demeurée lettre morte et n’a suscité aucun intérêt auprès les décideurs, y compris les scientifiques parmi eux!

Au vu de ce qui s’est passé ces derniers jours, il devient évident que les compétences tunisiennes n’ont plus à faire leurs preuves, mais uniquement à l’échelle internationale, car chez elles, elles demeurent royalement ignorées, ainsi que leurs recherches.

Et dire qu’il y a, certainement, d’autres systèmes de santé, à travers le monde, qui ont tiré la leçon de l’étude du Dr Bahri, et ont évité à leurs enfants des catastrophes similaires à celles que nous venons de subir.

Pour résumer, nous avons les compétences. Mais elles sont royalement ignorées par un système complètement rouillé et pourri, coupable, preuve à l’appui, d’homicides par négligence.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com