Société

Affaire de Sidi Hassine-LTDH: Le silence du gouvernement encourage la violence et l’impunité

Affaire de Sidi Hassine-LTDH: Le silence du gouvernement encourage la violence et l’impunité
Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!

Commentant l’affaire du jeune agressé avant-hier par les unités sécuritaires et le décès de Ahmed Moncef Ammar le 06 juin 2021, la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH) a annoncé qu’une délégation s’est rendue à Sidi Hassine pour apporter des éclaircissements sur l’affaire en question.

Selon le communiqué publié sur sa page officielle, la LTDH a révélé que le défunt a été agressé et humilié par 3 agents sécuritaires qui ont voulu l’emmener avec sa fiancée au poste de police. Pris d’une crise, Ahmed a perdu conscience et les agents lui ont abandonné. Un passager est venu pour l’aider et le transporter à l’hôpital mais il est décédé avant sa prise en charge.

D’après la même source, la famille de la victime avait affirmé que son corps portait des traces de violence.

La LTDH a, à ce titre, dénoncé les violences policière exercées à l’encontre des citoyens soulignant que le chef du gouvernement et ministre de l’Intérieur par intérim Hichem Mechichi doit assumer sa responsabilité face à ces actes.

Elle a ainsi indiqué que le silence du gouvernement prouve l’adoption d’une politique qui encourage les violences et l’impunité appelant, dans le même cadre, à ouvrir une enquête.

La LTDH a, par la même occasion, s’est engagée à suivre l’affaire précisant qu’une conférence de presse sera organisée la semaine prochaine pour éclairer l’opinion publique.

Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut