Tunisie – Contre l’oubli : Qu’ils soient maudits ceux qui ont cassé le pays et disloqué les familles

En cette période préélectorale, une réflexion ne peut pas ne pas s’imposer, histoire de rafraichir la mémoire des électeurs, au cas où ils auraient des problèmes d’amnésie.

Le tunisien ne pourrait, en aucun cas, réélire ceux qui ont cassé le pays et disloqué les familles. En effet, pour ceux qui auraient tendance à oublier, faudrait-il rappeler qu’ils ont propulsé une certaine classe politique issue des prisons et de l’exil au sommet du pouvoir dans le pays. Et qu’il est, normalement, impossible, qu’ils refassent le même choix désastreux.

Ces pseudo-politiciens, pour la plupart, des repris de justice, ont pris le pouvoir et exercé les plus horribles formes d’injustice et de torture morale, à l’encontre du peuple qui les avait plébiscités. Pourtant, ils n’ont jamais cessé de crier qu’ils ont souffert des affres de l’injustice, de la torture et de l’exil. Ce qui veut dire que ce qu’ils ont fait, ces dernières années, n’est que pure revanche, qu’ils voulaient prendre contre le peuple. Ainsi, il l’ont affamé, ils ont écarté les compétences qui géraient le pays et les ont remplacés par des incapables. Ils ont grevé les finances du pays au point que le pouvoir d’achat des tunisiens soit devenu quasiment nul, entraînant au passage des milliers de ruptures et de divorces, juste pour des problèmes d’argent. Ils ont obligé les cerveaux tunisiens à l’exil. Un exil forcé, dicté par les conditions de misère et d’insécurité qu’ils ont mises en place, dans le pays.

A propos d’exil, les tunisiens ne devraient pas oublier qu’ils ont été surpris que ceux qui ont toujours déploré d’avoir ont été poussés à l’exil, au chômage et à la misère, sont revenus plus riches que Crésus. Par contre, les enfants de la Tunisie, qui sont en train de fuir leur pays, sont, eux, réellement poussé au départ. Résultat des courses ; le pays est devenu dépourvu de compétences, les  enfants du pays ont été contraints au départ, dans la douleur de la déchirure que ne peuvent comprendre que ceux qui sont passés par là. Les jeunes, en partant à l’aventure, se trouvent complètement déracinés. Ils n’ont pas la chance d’avoir une confrérie qui les soutient et qui leur permet de faire fortune.

Par ailleurs, les parents de ces jeunes qui sont partis, vivent une rupture très douloureuse. Ils sont obligés de laisser s’envoler leur progéniture, pour tenter leur chance ailleurs, car le pays est devenu invivable et qu’ils n’y ont plus aucune chance de vivre décemment. Ils sont convaincus qu’ils n’ont pas le droit de retenir leurs enfants et les encouragent même, à franchir le pas. Et ce, au prix d’une immense douleur. La souffrance de quelqu’un qui laisse partir malgré lui la chair de sa chair, sans intervenir, à cause de ces minables qui se disent politiciens… Le plus terrible pour ces parents, c’est que leurs enfants vont, vraiment souffrir de l’exil et de la solitude, sans avoir choisi de quitter ce qui était censé être leur patrie.

Voilà, c’était une réflexion qui se devait d’être faite, pour rappeler aux tunisiens les méfaits de ces gens, qui au lieu d’être réélus, devraient être maudits à vie, et comme le disent les vieux du côté de chez nous : « Puisse Dieu faire qu’ils dépensent ce qu’ils ont volé aux tunisiens en frais de médicaments et hôpitaux » !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com