Tunisie – Ennahdha au bord de l’implosion : Une lettre hautement significative d’Abdellatif Mekki

Le député d’Ennahdha et ancien ministre de la Santé, Abdellatif Mekki a adressé, ce mardi, une lettre interne au président du parti pour dire son étonnement de sa désignation à la tête de liste du parti au Kef et l’élimination de celui qui y figurait, Houcine Jendoubi.

Le député a fait part dans cette lettre de sa réprobation des manipulations effectuées par le bureau exécutif, en rapport avec les modifications des têtes de listes de pratiquement toutes les circonscriptions. Mekki a déploré cette éviction d’un grand militant du parti qui avait été élu par la région. Et il a affirmé qu’il n’irait pas prendre sa place à la tête de liste du Kef.

Abdellatif Mekki a aussi fait part de son étonnement de sa révocation de la tête de liste de Tunis 1, au profit du Cheikh Rached Ghannouchi qui avait pourtant annoncé qu’il ne se présentait pas aux législatives. Mekki s’est aussi, indigné de l’exclusion de la militante, Safa Mdaïni de la deuxième place de sa liste, pour être remplacée par une femme non voilée.

Le representant d’Ennahdha a condamné le comportement du Cheikh qui a complètement ignoré les résultats des élections régionales en voulant imposer ses propres listes.  Il a qualifié cet agissement d’injustice délibérée envers le choix des militants, la jeunesse et la femme au sein du parti.

L’ancien ministre a accusé le bureau exécutif du parti et son président Rached Ghannouchi d’avoir coordonné cette manœuvre avec les partis Tahya Tounes et Nidaa Tounes, prenant pour preuve les noms qui ont été imposés par le Cheikh et qui avaient été annoncés d’avance par les dirigeants des deux partis cités.

Mekki a assuré qu’il ne prendrait pas part à cette injustice qu’il a assimilée à une amputation, ajoutant que certaines ablations pouvaient être létales. Il a, donc annoncé qu’il ne se présentait pas à la tête de la liste du Kef, ajoutant que s’il a parlé de son cas, il pensait aussi à tous ses frères et sœurs qui ont été l’objet de telles mesures injustes.

Il a conclu sa lettre en disant qu’il était consterné de constater que le parti était attaqué à la fois de l’extérieur et miné de l’intérieur, interpellant le Cheikh pour le prier de craindre Dieu en préservant le parti, ses hommes, ses femmes et ses jeunes.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com