Tunisie : Kairouan…le gouffre!

Hier, jeudi 13 février 2020, une image inédite a choqué l’opinion publique. La Radio Kairouanaise « Sabra Fm » et « Tunisie Numérique » l’ont relayée.

Il s’agit, en fait, d’un jeune homme qui est tombé, dans un gouffre de trois mètres de profondeur qui s’est ouvert brusquement dans le trottoir. Blessé, il s’est trouvé entouré de câbles électriques et de la canalisation du gaz et de l’eau. Le jeune a été secouru par les agents de la protection civile.

Sans s’arrêter sur la l’état extraordinairement délabré de l’infrastructure à Kairouan, il est clair que les malvoyants, les personnes âgées, les enfants et les handicapés n’ont plus, paraît-t-il, le droit de circuler dans la ville en raison des dangers qui les guettent à chaque tournant de rue.

Passant maintenant à la revue de quelques indicateurs du développement humain et régional au gouvernorat.

Le gouvernorat de Kairouan dispose d’importantes ressources naturelles. Il couvre une superficie de 657.700 ha. La population était d’après le dernier recensement de l’Institut national de la statistique (INS) de 570.569 habitants.

Pour évaluer le niveau de développement économique et social dans les régions, une étude du Ministère du développement régional datant de 2016 proposait un indicateur synthétique de développement régional (IDR) qui va de 0,00 – situation d’indigence totale de développement- à 1,00. Le classement de l’ensemble des délégations de la Tunisie par Rang met en évidence les disparités régionales et locales. Comparé aux autres gouvernorats, Kairouan arrive au 23ème rang (l’avant dernier) avec un indicateur de développement régional de 0,25.

Cet indice est éloquent, il montre que le gouvernorat est à la traine en termes de développement d’autant plus que la situation s’est empirée ces dernières années.

Pour Kairouan, à l’instar d’autres régions négligées en Tunisie, un travail de fond devrait être entrepris pour disposer de données fiables pouvant être la base d’un diagnostic objectif de la situation de la région et dresser les priorités de développement.

Pourquoi une telle situation, et quelles sont les causes qui sont à l’origine de cet état ? L’identification de ces causes et la proposition des solutions appropriées pour lutter contre le fléau du sous-développement ne pourrait être que salutaire. Le travail de réflexion devrait être initié afin de s’arrêter sur les problèmes réels de la région.

Sans une approche objective et multidimensionnelle, les solutions préconisées aux problèmes des régions ne viendraient jamais à bout des problèmes socio-économiques.

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut