Société

Tunisie-Le Chef du gouvernement : « La Tunisie est déterminée à lutter contre le terrorisme »

Tunisie-Le Chef du gouvernement : « La Tunisie est déterminée à lutter contre le terrorisme »
Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!

À l’invitation du président français Emmanuel Macron et de la première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi a participé ce soir vendredi 14 mai 2021 au deuxième sommet virtuel de lutte contre le terrorisme, ou le soi-disant «appel de Christchurch» qui symbolise la opération terroriste qui a visé deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019 engendrant la mort de 51 personnes.

La réunion a été suivie par le président français Emmanuel Macron, le roi Abdallah de Jordanie, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le Premier ministre britannique Boris Johnson, en plus de la participation d’un certain nombre de chefs d’État et de gouvernement et des responsables d’un certain nombre d’entreprises technologiques géantes dans le but de lancer une nouvelle initiative de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme sur Internet.

Au début de son discours, M. Mechichi a salué cette initiative conjointe et a exprimé sa volonté sérieuse de renforcer, à travers cette participation, la mobilisation en faveur de cet appel.

Il a noté qu’une coïncidence voulait que la commémoration de ce douloureux souvenir coïncide avec la célébration de la fête de l’Aïd El-Fitr, symbole de tolérance et de solidarité pour la Oummah islamique.

Hicham Mechichi a déclaré que le 15 mars 2019 restera un souvenir douloureux qui nous incite à œuvrer pour garantir toutes sortes de libertés à nos citoyens, y compris la liberté du culte et la liberté de différence entre les cultures et les civilisations, qui en Tunisie sont une source de richesse qui doit être préservé, ajoutant que garantir un Internet libre, ouvert et sécurisé est un défi essentiel pour nos sociétés modernes.

Il a souligné que la Tunisie est une démocratie émergente à l’ère de la numérisation, où les réseaux sociaux ont joué un rôle central dans la construction démocratique.

Poursuivant que notre pays a également travaillé à exploiter la technologie moderne pour intégrer une approche participative et la transparence au cœur des affaires publiques, et par la participation effective des représentants de la société civile au renforcement de la construction de nouvelles institutions et organes.

D’autre part, il a appelé à la vigilance et à la prudence à l’encontre des groupes terroristes qui exploitent Internet pour diffuser leur discours extrémiste et recruter des terroristes.

Monsieur Mechichi a souligné que cette initiative conjointe garantira la victoire sur ces réseaux terroristes, car l’histoire récente a montré que « nous sommes tous victimes de telles pratiques barbares et que le terrorisme et l’extrémisme sont considérés comme une menace mondiale qui traverse les frontières géographiques et culturelles et qu’il ne peut pas être attribué à un parti, une nationalité ou un groupe ethnique spécifique ».

 

Il a ajouté que la Tunisie a été victime de plusieurs attaques terroristes lâches exécutées par des groupes terroristes dans une tentative de déstabiliser l’État, notamment en ciblant l’armée nationale et les forces du régime ou en détruisant le modèle d’ouverture en ciblant le musée du Bardo.

 

Hicham Mechichi a souligné que la Tunisie est déterminée à lutter contre ce phénomène par la force de la loi, en totale harmonie avec les pratiques internationales à cet égard, indiquant que la stratégie nationale globale et multidomaine de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme en Tunisie est basée sur la prévention, protection, suivi et réponse rapide, ajoutant que la lutte contre la cybercriminalité est considérée comme l’un des défis les plus importants auxquels notre pays est confronté.

Le Premier ministre a conclu son discours en affirmant que la Tunisie soutiendra tout effort visant à renforcer et à soutenir «l’appel de Christchurch».

La réunion de ce sommet a débattu de plusieurs questions vitales, dont les plus importantes sont:

-La nécessité de mieux comprendre les résultats des algorithmes et de formuler des interventions efficaces qui sont devenues plus urgentes que jamais après avoir examiné les liens entre les contenus, l’extrémisme, l’incitation à la violence et la glorification des actes terroristes.

– Une réponse rapide et efficace à cette crise est essentielle pour réduire les dommages causés par la diffusion de contenus terroristes et l’incitation à la violence.

– La nécessité de travailler sur des rapports transparents, clairs et complets pour souligner que les politiques de terrorisme et d’extrémisme violent sont combattues dans le plein respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, y compris, en particulier, la liberté d’expression.

-L’importance de soutenir les institutions de l’industrie du contenu numérique pour faire face à ces phénomènes terroristes sur Internet.

-La mise en relief du rôle de la société civile dans le soutien des efforts des gouvernements et des institutions technologiques dans le développement de solutions durables et intelligentes pour garantir le respect des obligations des pays participant à cet appel.

Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut