Tunisie – Mahdi Ben Gharbia est en train de payer le prix de ses choix politiques

L’homme politique et ancien ministre du cabinet Youssef Chahed, Mahdi Ben Gharbia, fait, depuis quelques jours, l’objet d’une offensive féroce, sur les réseaux sociaux et des sites d’information. Une offensive orchestrée, comme d’habitude, par ses ennemis politiques. Car l’affaire qu’on n’arrête plus de remuer et de remettre au goût du jour, à coups de pages sponsorisées et de sites asservis, est, par excellence politique et n’a rien à voir avec la justice . Laquelle a tranché de façon définitive, dans cette affaire en innocentant autant la société de Ben Gharbiaque que ses supposés “complices” au sein de Tunisair.

Pour se rafraîchir la mémoire, on rappelle que cette affaire a été soulevée, pour la première fois, en 2013, du temps de la Troïka. On y accusait WFS, une des sociétés de Mahdi Ben Gharbia d’engranger des gains illégaux et de bénéficier d’un traitement de faveur, avec sa société de fret, au sein de Tunisair et au détriment de la compagnie, avec la complicité des cadres de la Tunisair. Ses accusateurs n’étaient autres que ses ennemis politiques d’alors, comme Hamma Hammami et son ” porte voix ” Ammar Amroussia, sans oublier, bien évidemment, Yassine Brahim qui ne lui pardonnait pas l’histoire de ” La Banque Lazard “, ainsi que ses concurrents en matière de transport de fret, à qui çà aurait plu de se débarrasser d’un adversaire de poids, puis les attaques ont repris quand il a intégré le gouvernement d’union nationale.

Pourtant, ces accusations ont à l’époque, soit en 2013, fait l’objet de deux enquêtes. Une interne au sein de  Tunisair qui n’a constaté aucun dépassement et aucune irrégularité dans les transactions de WFS avec la compagnie et qui a fini par innocenter les cadres accusés, à tort, dans cette affaire. Une  autre enquête judiciaire ouverte par le pôle judiciaire financier a elle aussi, au bout de cinq ans de procédures, d’expertises et de contre-expertises, innocenté les accusés et démenti les accusations, aussi bien en première instance, qu’en appel ou en Cassation. L’enquête a été clôturée avec un jugement définitif qui démentait les accusations. Depuis plusieurs mois.

Or, ne voilà-t-il pas que cette affaire refait surface, il y a quelques jours, dans le cadre d’une campagne sous tendue, comme la première, par des conflits politiques. Une campagne qui ne lésine pas sur les moyens financiers pour s’acharner sur Mahdi Ben Gharbia, en reprenant et en sponsorisant d’anciens articles et en en éditant de nouveaux, à coups de milliers d’Euros, en rapport avec un soi-disant dossier de malversation, en omettant, bien évidemment , de préciser que ce dossier a été définitivement clos par la justice qui a tranché et dit son dernier mot.

Néanmoins, ce qui parait évident, cette fois-ci, c’est que ce n’est pas tant Mahdi Ben Gharbia en personne qui est ciblé par cette campagne, mais en sa qualité de personne proche du chef du gouvernement, Youssef Chahed. D’ailleurs, il n’est pas le seul à faire les frais de cette campagne qui n’épargne personne autour de Youssef Chahed, ni Slim Azzabi, Secrétaire général de Tahya Tounes, ni même Youssef Chahed en personne.

Mais comme ceux qui sont derrière cette campagne n’ont rien de concret et de sérieux à faire prévaloir dans leur offensive, ils sont réduits à se contenter de sortir des dossiers des archives et de les rééditer, dans l’espoir de manipuler l’opinion publique dans le sens de leurs desseins.

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com