Tunisie – Mais où sont donc passés Ennahdha et ses dirigeants ?

Dans le tumulte soulevé par la campagne électorale, qui s’annonce, comme nous l’avions redouté, d’un niveau sur le plan moral et politique, bien plus bas et plus qu’on ne l’imaginait, tout le monde s’entre-tue, s’entre-déchire, et jamais, au grand jamais, les « pages sponsorisées » n’ont été aussi nombreuses, courrues et actives.

Pour pouvoir descendre aussi bas, les entourages des candidats n’ont rien trouvé de mieux, en effet, que de se cacher, comme des lâches, derrière des pseudos et des pages anonymes, payées à coups de milliers d’euros, pour débiter leurs absurdités qu’ils n’auraient pas eu le droit de dire, sur les canaux « officiels », qui sont soumis à plusieurs  contrôle.

C’est donc dans cette arène putride et ensanglantée que les équipes des candidats ont choisi de se battre, en disant tout et n’importe quoi de leurs concurrents. A croire qu’ils n’ont pas d’autre le choix. En panne de programmes à proposer et de vision claire à développer, ils n’ont pour arguments que de charcuter leurs concurrents.

Toutefois, s’il y a quelque chose qui attire l’attention, bien plus que le tumulte et les bassesses qui meublent tout ce boucan, c’est le « silence assourdissant » d’Ennahdha et de ses leaders qui brillent, en ce moment, par leur absence et leur retrait aussi brusque que remarquable de la quasi-totalité des supports médiatiques.

Leur candidat, lui-même, le Cheikh Abdelfattah Mourou, s’est fait porter disparu, depuis qu’il est reparti du siège de l’ISIE où il venait de déposer sa candidature. Et comme il ne reste guère plus de trois semaines au scrutin, il parait illogique qu’un candidat, qu’il soit motivé ou poussé à se présenter, soit absent de cette manière de tous les médias et de tous les réseaux. Ensuite, même les ministres issus du mouvement islamiste se distinguent, ces derniers jours, par leur absence et par l’absence de toute activité.

On dirait qu’ils sont en train de faire la classe morte, pour embêter (pour ne pas dire autre chose) le chef du gouvernement. Laâdhari est, depuis plusieurs jours absents. Comme si le développement et l’investissement ne sont plus à l’ordre du jour du gouvernement. Son « frère » des technologies, aussi, est inscrit aux abonnés absents. Et ce, bien que l’un des secteurs sous sa tutelle, qui est la poste, est en pleine effervescence. Sans oublier les autres, tous les autres ! Ils sont brusquement sortis du champ, comme par enchantement !

Un silence et une absence pareille, venant de la part des islamistes d’Ennahdha ne laisse rien présager de bon. Car les connaissant comme on les connait, les islamistes ne sont pas prêts de lâcher le morceau et il est à redouter qu’ils soient en train de préparer quelque chose, dont eux seuls ont le secret !

Que Dieu préserve la Tunisie !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com