Tunisie – Que prépare Ennhdha à Elyes Fkhfakh ?

Chaque jour qui passe, en cette période de formation du gouvernement, amène avec lui son lot de mystères et de flou. On dirait que cette opération est en train d’aller à reculons, vu, qu’au lieu de s’éclaircir, la situation tend, chaque jour, à se compliquer encore un peu plus.

Aux dernières nouvelles, Fakhfakh est resté seul, lâché par les grands partis et blocs parlementaires, puisqu’Ennahdha, le premier parti en termes de taille à l’ARP, a jeté son pavé dans la mare, à quelques jours de la date limite de présentation de la formation gouvernementale. Les islamistes ont, en effet, annoncé qu’ils ne sont pas prêts à participer à ce gouvernement d’exclusion, puisque leur « ami » du moment, 9alb Tounes en est évincé. Ils assurent qu’ils pourraient accorder la confiance au gouvernement de Fakhfakh, sans, pour autant y participer. 9alb Tounes, de son côté, assure que s’il soit intégrer le gouvernement, il veut que çà soit de façon franche et déclarée. Il refuse d’y participer en cachette, avec des personnalités qui ne sont pas connues comme relevant du parti. 9alb Tounes, aussi, a déclaré qu’il se pourrait qu’il vote sa confiance au gouvernement, sans y participer, juste pour ne pas bloquer le processus. Décidément, çà devient une règle, et une nouvelle mode, chez ces politiciens !

Du coup, Elyes Fakhfakh se trouve dans l’embarras. Il va devoir composer avec les quelques noms proposés par Tahya Tounes, ou Al Badil. Mais il va, surtout, devoir subir, jusqu’au dernier moment, les caprices du courant démocratique et du mouvement du peuple qui restent capables de tout, et surtout, d’exiger de plus en plus de portefeuilles, pour, à la fin, se retirer, malgré tout, et même s’ils ont gain de cause, de la formation.

Et puis, que cache cette rengaine de se dire prêt à voter pour le gouvernement sans y participer ? S’agit-il d’un nouveau cou fourré du Cheikh Ghannouchi ? Car, avec lui, on n’est jamais sûr de rien ! Et si Fakhfekh s’est mis dans la tête de faire passer, en force, son équipe, du moment que les députés auront trop peur pour leurs sièges, les islamistes seraient capables de lui accorder leur confiance, juste pour dépasser ce cap délicat, pour, ensuite, présenter une motion de censure contre le gouvernement, au moindre accrochage qu’ils vont avoir avec lui.

Comme il se pourrait, aussi, que ces déclarations d’Ennahdha et de 9alb Tounes ne soient qu’une stratégie, pour surenchérir, et attendre de voir si le chef du gouvernement ne fléchisse pas, au dernier moment, pour leur accorder leurs exigences. Et ce qu’exigent les islamistes, ce n’est point la participation de 9alb Tounes, comme ils veulent le laisser entendre. Ce qu’ils veulent, c’est, tout simplement, mettre l’un des leurs ou quelqu’un qui leur soit allégeant, aux ministères de l’intérieur et de la justice. Car, pour eux, il n’est nullement question de lâcher leur sort et le sort de leurs lourds dossiers judiciaires, entre les mains de n’importe qui !

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut