Politique

La Tunisie a de fortes chances de remporter un siège à la Cour pénale internationale

L’élection des magistrats de la Cour pénale internationale (CPI) aura bien lieu, en décembre 2020, au siège de l’Organisation des Nations Unies à New York.

Pour la première fois, la Tunisie est en lice pour obtenir un siège dans cette juridiction. Durée du mandat, neuf ans non reconductibles. Elle sera officiellement représentée par le juriste Haykel Ben Mahfoudh, professeur de droit international public.

Fort d’une riche expérience professionnelle dans de nombreux pays en droit communautaire et Relations Maghreb-Europe, le candidat Ben Mahfoudh, né en 1971 à Tunis, affiche un optimisme prudent face à une rude concurrence. Son dossier répond à tous les critères exigés par la Cour, assure-t-il lors d’un entretien avec la TAP.

En effet, Ben Mahfoudh a, à son actif, une expérience de 12 ans dans le secteur de la réforme de la sécurité et d’une connaissance de la problématique de sécurité notamment sur la Tunisie, l’Algérie, la Jordanie, le Maroc, le Liban et Malte.

« Etant le seul pays touché par les « printemps arabes » à poursuivre un processus démocratique et à réaliser un bilan très positif malgré des manquements, la Tunisie a aujourd’hui des fortes chances de remporter un siège à la Cour pénale internationale (CPI) », a affirmé le juriste à la même source.

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut