Societe

Tunisie – Abdellatif Makki honore ses généraux à la manière d’Erdogan

Décidément c’est, semble-t-il, une tradition chez les frères musulmans. Après la guerre, ils honorent leurs généraux en les limogeant.

En effet, à la façon de son mentor Erdogan, le ministre de la Santé, Abdellatif Makki, à peine, la guerre contre le Covid gagnée, du moins pour la première manche, a commencé par honorer ses généraux qui ont conduit cette guerre de façon glorieuse: il les a limogés, en guise de remerciement pour leur abnégation au travail et pour avoir laissé tomber femmes et enfants et ont risqué leurs vies, pour sauver celle des tunisiens et faire de lui le héros qu’il croit être devenu. Ils peuvent s’estimer heureux puisqu’il n’est pas allé jusqu’à appliquer à la lettre les préceptes de son mentor en ne les mettant pas  en prison

En effet, la première décision qu’a prise Abdellatif Makki, quand il a su que le pays était classé  indemne de la Covid, a été de limoger une dizaine de ses directeurs régionaux. Ceux là mêmes qui ont mené avec tant de brio, le combat sur la ligne de front de la guerre dont il a tout fait pour s’approprier les mérites.

Les meilleurs éléments de l’administration y sont passés, ceux dont les services ont réussi mieux que les autres à combattre l’épidémie et à préserver la santé des citoyens dans leurs régions.

Tous ces directeurs régionaux ont été « remerciés » et remplacé au pied levé, par des éléments connus pour avoir le sang bleu, pas celui de la noblesse, mais plutôt, celui d’un étendard qui s’est élevé dans le ciel tunisien depuis une dizaine d’années, ceux qui ont le don d’imiter les caméléons et de prendre les couleurs, non pas du support sur lequel ils sont mis, mais celles du locataire de Bab Saâdoun.

Sauf que cette décision risque fort d’être la dernière que prendra Makki , car il n’aurait, probablement, pas dû sous estimer la virulence des vaillants syndicalistes de la santé qui sont loin d’avoir l’esprit fataliste des généraux turcs et qui ne seront, certainement, pas amadoués par le fait qu’il ait nommé à l’une des directions régionales quelqu’un qui est compté sur l’UGTT, vu que son frère fait partie du bureau de la centrale syndicale.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut