Tunisie – Celui qui n’a réussi à rien faire en un mois réussira-t-il à bien faire en deux mois ?

Un mois s’est (presque) écoulé, depuis la désignation par Ennahdha de Habib Jemli comme chef du prochain gouvernement. Un mois que ce dernier a passé à rencontrer des gens, encore des gens et puis d’autres gens, sans pour autant s’être fixé sur la moindre personnalité ni le moindre nom, pour occuper un fauteuil dans son gouvernement.

Il fait, incontestablement du sur-place, bien qu’il donne l’impression de faire un marathon. C’est d’ailleurs ce terme qui a été utilisé, à bon escient, par Noureddine Tabboubi, pour qualifier les travaux et les pourparlers menés par Habib Jemli à Dar Dhiafa, « Un marathon inutile et stérile ».

Cette incapacité d’avancer dans la formation du gouvernement ne pourrit avoir que l’une de ces deux explications :

Soit, comme l’a si bien dit Noureddine Tabboubi, Habib Jemli est juste en train de faire de la figuration et que les vraies tractations pour la formation du gouvernement se déroulent ailleurs, et seront conduites par d’autres personnes. Ce qui est plus que probable.

Soit, alors, qu’il est réellement chargé de former son gouvernement, sauf qu’il est en train de faire preuve d’une incapacité totale à le faire. Il n’est d’ailleurs pas prêt d’y parvenir, puisqu’il est en train de flirter dangereusement avec les délais constitutionnels qui lui sont impartis.

Quand bien même il demanderait, conformément aux dispositions de la constitution, à Kaïs Saîed, un délai supplémentaire d’un autre mois, sera-t-il, vraiment capable de réunir un gouvernement, assez fort, compétent et cohérent, capable de relever les défis de la période à venir ? Cela parait tenir du miracle, pour ne pas dire de l’impossible.

Quand on est incapable de prendre la moindre décision durant trente jours, il ne faut pas s’attendre à ce qu’on produise des miracles au bout de soixante . Même s’il va arriver à proposer une équipe ou si on lui transmettait la liste de son équipe, avec ce qui s’est passé durant ce mois, çà ne laisse pas espérer que la dite équipe soit aussi solide qu’on pourrait l’espérer, ni aussi compétente que le requière la circonstance.

Tout ce qu’on aura, ce sera une équipe à rougir de désillusion, incompétente, totalement partisane qu’on prendra soin de présenter au dernier quart d’heure, histoire de mettre tout le monde devant le fait accompli. Ce sera à prendre ou à laisser… le pays va sombrer dans l’inconnu !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut