Tunisie – VIDEO : On ne peut pas aborder des élections libres sans avoir libéré le CNI du joug des islamistes

La présidente du Mouvement de l’Indépendance Tunisienne, Rym Mourali a attiré l’attention, lors de sa dernière intervention sur le plateau d’une chaîne de TV privée, sur l’importance du rôle joué par le CNI (Centre National de l’Informatique), qui a accès à toutes les bases de données qu’on puisse imaginer dans le pays, à commencer par les données privées de tous les citoyens, dans leurs moindres détails.

Mme Mourali a insisté pour dire que depuis les dernières élections, les fonctionnaires au sein de ce centre n’ont pas cessé d’appeler à garantir l’impartialité de ce centre et surtout sa soustraction de la mainmise d’un seul parti politique, en l’occurrence Ennahdha. Ces appels ont pris toutes les formes de protestations et de courriers sans aucune réaction du gouvernement. Depuis, ce centre demeure en dehors du contrôle de l’Etat et au service du parti Ennahdha.

Mme Mourali a cité l’exemple d’un « ingénieur », ancien détenu, ayant bénéficié de l’amnistie judiciaire en 2011, qui a été nommé au poste stratégique de responsable de la direction de saisie de traitement et d’exploitation des données, depuis 2013. De même que l’exemple d’un membre de la Choura d’Ennahdha et responsable des élections au sein du parti qui a été nommé au sein de cette même direction, en 2013.

De quelles élections transparentes et libres voulons-nous parler? A-t-elle ajouté, quand le CNI qui représente le centre névralgique de l’opération des élections, qui détient toutes les données du pays, est aux mains des islamistes d’Ennahdha?

Gardons à l’esprit que le premier individu qui avait bénéficié de l’amnistie judiciaire a, bel et bien été confondu en train de fuiter des données critiques, au profit d’Ennahdha et que elle-ci a refusé sa mutation dans une autre direction du centre tout en lui gardant les mêmes avantages.

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com