Tunisie – L’affaire de l’école coranique du Regueb affole Ennahdha dont les leaders convergent en urgence vers la zone

De nombreux leaders d’Ennahdha, dont les députés Abdellatif Makki et Naoufel Jemmali, ont accouru, ces derniers jours à Regueb, pour « rendre visite » aux enfants et jeunes qui ont été soutirés à l’école coranique suspecte qui venait d’être fermée par décision de justice.

Makki, qui a multiplié ses visites au centre d’hébergement des jeunes où ont été recueillis les ex- « élèves » de l’école, a fait part de son mécontentement du fait que certains enfants aient été, apparemment soumis à un examen anal en vue de s’assurer qu’ils n’ont pas été violés par des tierces. Mais il a tenu, tout de même à annoncer qu’il ne pouvait pas faire d’autres déclarations, du moment que l’affaire était entre les mains de la justice et qu’il gardait pour lui, ses sentiments et appréciations.

Le leader au sein d’Ennahdha, Abelhamid Jelassi est allé plus loin, en criant au complot, expliquant que les dossiers où on voudrait incriminer Ennahdha deviennent trop nombreux et trop graves, surtout en cette période pré-électorale, pour que cela tienne du pur hasard. Car en plus du dossier irrésolu de l’appareil secret dont elle disposerait, Ennahdha se trouve, en une semaine, confrontée à deux dossiers de taille. Celui du courrier de la Cour des Comptes qui demande un audit des finances du parti et l’affaire de l’école coranique qui travaille depuis des années ! Il a appelé à respecter les libertés personnelles de ces enfants et de leurs parents concernant la scolarité qu’ils veulent avoir.

Abdelhamid Jelassi a prévenu, que là, on était en face d’un « cocktail explosif » !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut