Monde

Gazoduc Nigéria-Maroc : Un pari gagnant, l’OPEP finance en attendant les Européens

Gazoduc Nigéria-Maroc : Un pari gagnant, l’OPEP finance en attendant les Européens

Le projet de gazoduc Nigeria-Maroc est sur la table depuis 2016, mais son financement n’est pas bouclé jusqu’ici. Les choses vont s’accélérer, du fait de la conjoncture internationale qui a fait du gaz le produit le plus prisé et donc le plus cher. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) est très intéressée par le méga projet maroco-nigérian et les financements suivent…

Rabat et le Fonds OPEP pour le développement international ont paraphé un accord de prêt de 100 millions de dollars pour doper l’inclusion financière et la transformation numérique. «Puis quelques jours après, le Maroc et l’OPEC Fund ont procédé à la signature de la documentation juridique relative au financement d’une partie de la deuxième phase des études d’avant-projet détaillées du projet de gazoduc Nigéria-Maroc, qui vise à devenir un catalyseur du développement économique dans la région de l’Afrique Nord-Ouest», rapporte Aujourd’hui Le Maroc.

«Une sortie médiatique du ministre d’État nigérian aux ressources pétrolières, Timipre Sylva, montre l’intérêt de l’OPEP au projet. Le responsable nigérian avait expliqué que le gazoduc, qui est une extension de celui de l’Afrique de l’Ouest et qui achemine déjà du gaz du Nigéria jusqu’au Ghana, en est au stade des études et de la recherche de partenaires financiers, pour le mener jusqu’au Maroc où il sera relié au marché européen», ajoute le journal.

Le ministre nigérian a indiqué que l’objectif est de prolonger ce même gazoduc jusqu’au Maroc en passant par la côte. Les études sont sur les rails. «Bien sûr, nous en sommes à la sécurisation du financement du projet et beaucoup d’entités manifestent leur intérêt. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole fait partie des organismes internationaux prêts à investir dans le projet de gazoduc Maroc-Nigéria», a-t-il dit. Beaucoup d’autres parties sont partantes pour miser sur ce projet de gazoduc qui va acheminer «notre gaz à travers de nombreux pays en Afrique, jusqu’à la limite du continent africain, où nous pouvons avoir accès au marché européen», a conclu le responsable.

Manifestement le pari du Maroc sera un pari gagnant, qui plus est avec le Nigeria, première économie d’Afrique grâce justement aux hydrocarbures. A noter que le Nigeria est assise sur les plus grosses réserves en gaz du continent et les septièmes dans le monde, et ça ça intéresse beaucoup les Européens qui cherchent à se défaire du gaz russe. Bon, il faudra quelque 20 milliards de dollars pour boucler le financement mais ça part très bien…

Le plus long gazoduc offshore du monde – quelque 5000 kilomètres – est le deuxième gros projet entre le Maroc et le géant africain, après le programme dans l’énergie solaire. A ajouter au plan sur l’indépendance énergétique du Maroc, dont les grandes lignes ont été tracées dernièrement. Un virage d’autant plus urgent que la planète est partie pour une longue période d’instabilité qui fera de l’énergie un élément phare…

 

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut