Politique

Tunisie: Institut des non-voyants, passe d’armes entre le ministère de l’Education et des députés

Le ministère de l’Education a estimé que la visite de certains députés à l’Institut Al-Noor pour les non-voyants à Bir al-Qasaa (Ben Arous), peut faire l’objet de poursuites judiciaires, appelant à ne pas instrumentaliser politiquement cet établissement d’enseignement.

Le ministère a indiqué, dans un communiqué, que certains députés avaient visité l’Institut et avaient ensuite téléchargé une vidéo sur les pages des réseaux sociaux, qui comprenait l’interrogatoire d’un groupe d’étudiants et la publication de témoignages de leur part concernant les mauvais traitements infligés par le cadre éducatif de l’institution.

Le département de l’éducation a exprimé son “mécontentement” par rapport à la diffusion de cette vidéo, car il s’agit “d’un acte contrevenant à toutes les dispositions légales en vigueur à l’égard de l’établissement d’enseignement et de ses adhérents et d’une violation flagrante de l’intégrité de l’étudiant garantie par les organismes publics et la législation”.

Il a précisé que les déclarations contenues dans l’extrait de vidéo font l’objet d’une enquête administrative et financière pour déterminer les responsabilités en matière de violations imputées au cadre de l’institution.

Pour sa part, le député Rached Khiari a dénoncé, vendredi 14 février, le communiqué du ministère de l’Education à l’égard de la visite de députés à l’Institut des non-voyants de Bir el-Kassâa, affirmant que les députés avaient effectué leur devoir de contrôle.

“Nous poursuivrons le ministre de l’Education en justice et au sein du comité de l’Education au parlement pour non arrestation des personnes impliquées dans l’affaire de viol d’une mineure dans l’établissement en question”, a-t-il menacé.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut