Monde

Allemagne : le port du burkini pour les élèves musulmanes lors des cours de natation fait polémique

Alors que la polémique autour du burkini s’amplifie en Allemagne, le directeur du lycée de Pestalozzi à Herne, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie a pris la décision controversée de se procurer 20 burkinis, maillots de bain couvrant tout le corps, pour que les élèves musulmanes puissent assister aux cours de natation.

Alors que de nombreuses personnalités politiques se sont opposées à cette décision, la ministre allemande des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse, Franziska Giffey, a soutenu l’initiative de l’école qui permet, selon elle, de pousser les filles musulmanes à pratiquer la natation dans le respect de leur pratique religieuse, tout en s’intégrant avec leurs camarades.

Dans une interview pour le journal allemand Die Zeit, elle admet que « le plus important est surtout le bien-être des enfants et cela implique que tous puissent apprendre à nager ».

Toutefois, la prise de position de la ministre est loin de faire l’unanimité :

« Quand les femmes en Arabie saoudite risquent leur vie pour une goutte de liberté, nous, en Allemagne, ne devons pas revêtir les jeunes filles en burkinis. Cette impression erronée fait une croix sur l’émancipation », a déclaré Serap Güler, la secrétaire d’État à l’Intégration.

Selon l’islamologue Birgit Ebel, la décision prise par l’école est « absurde » car « cela ressemble à un conflit d’intérêts : d’une part, on souhaite que tous les enfants apprennent à nager et que toutes les élèves, y compris les filles musulmanes, prennent part aux cours de natation ; d’autre part, on ouvre ainsi les portes à l’islam politique lorsqu’on laisse appliquer aux filles ces prescriptions vestimentaires de l’islam conservateur et ultraréactionnaire, ce qui favorise non pas l’intégration, mais l’éclosion de sociétés parallèles ».

La polémique autour du burkini a encore de beaux jours devant elle.

Commentaires

Haut