Politique

Enfin ! La Tunisie tient son homme providence !

Enfin ! La crise que traverse le pays ces derniers jours, crise déclenchée par la sortie médiatique surprise du Président de la république Béji Caied Essebsi, il y a quelques jours, juste avant Ramadan, pour annoncer qu’ils serait temps de changer Habib Essid et son équipe, par un gouvernement d’union nationale, cette crise tendrait vers un « heureux » dénouement. Et elle aura, même, été bénéfique à l’Etat et au pays, puisqu’elle aura, en fin de compte, permis de mettre la main sur l’enfant prodigue, que le pays cherchait depuis plus de cinq ans. L’homme qui saura la tirer de sa situation actuelle. L’homme qui renferme en lui, toutes les qualités requises pour la circonstance et qu’aucun autre prétendant ne possède.
Maintenant que l’homme providence a été déniché, la Tunisie va pouvoir, une fois la poussière, soulevée par la crise, tassée, reprendre son bonhomme de chemin vers la stabilité, la prospérité et vers un avenir radieux, sous une direction providentielle.
En effet, d’après les confidences des couloirs du siège de Nidaa Tounes, le choix de ces nobles messires qui dirigent le pays, semble s’être fixé sur celui qui saura prendre les rênes du gouvernement et réussir là où tous ses prédécesseurs ont failli. Et comme il était, dès le début, question de désigner un des actuels ministres relevant de Nidaa tounes, et comme la course semblait s’être limitée entre trois sérieux prétendants, en les personnes de Neji Jalloul, Said Aïdi et Slim Chaker. Mais comme, question d’évaluation des compétences, personne ne peut rivaliser avec ces messires, leur choix s’est tout naturellement, et tout heureusement, fixé sur le ministre des finances, Slim Chaker.
Et c’est tant mieux, dirions-nous. Car il s’agit bien là, de la perle rare que la Tunisie n’a cessé de chercher depuis cinq ans. Et il s’agit de la personne idéale pour conduire le prochain gouvernement avec le même brio avec lequel il a dirigé son actuel département.
Car il faut dire que Slim  chaker n’a nullement été choisi à cause de ses affinités avec le clan Caied Essebsi, ni parce qu’il ne risquera pas de désobéir aux directives de la famille. Comme, il n’a pas, non plus, été choisi parce qu’il avait fait preuve de beaucoup d’affinités avec la superpuissante Ennahdha, notamment en fournissant un parachute doré à son ex-secrétaire d’Etat, nahdhaouie, en la nommant à la tête d’une grosse boite financière, et en leur concoctant une loi des banques compatible comme un gant avec la finance islamique… Il a, tout simplement été choisi pour sa compétence hors pair dans la gestion des affaires des finances du pays. Comme en témoignent les résultats époustouflants qu’il a obtenu en rapport avec les finances florissantes du pays.
C’est bien grâce à sa compétence que le Dinar connait ses meilleurs jours de gloire. Et c’est grâce à son immense science que l’Etat ne contracte (presque) plus de crédits, et qu’il arrive à réduire de façon drastique sa dette extérieure. C’est grâce à son savoir faire sans limites qu’on n’emprunte plus pour consommer ni pour payer les salaires, mais plutôt, pour financer les immenses projets d’investissement et de création de richesse. C’est, par ailleurs, grâce à sa vision humaniste qu’on se targue d’avoir un système de fiscalité qui ne pompe pas la classe moyenne et épargne les mieux nantis, un système fiscal qui ne lâche ni les médecins ni les avocats, ni même les grands de la restauration, et qui est souple et compréhensif envers les salariés. Ces salariés qui jouissent, grâce à notre futur chef du gouvernement, d’un pouvoir d’achat qui culmine à des hauteurs inespérées, et qui malgré toutes les difficultés, sont tranquilles en sachant qu’il saura contre vents et marées, leur verser leurs salaires à la fin de chaque mois, comme il vient de s’en féliciter, dernièrement, sur les ondes de quelques radios. Ces salariés aux quels on ne vient jamais demander de payer des factures exorbitantes pour pouvoir leur verser leurs salaires, ni leur imposer des taxes indécentes.
Donc, au total, la Tunisie est bénie des Dieux, puisqu’elle a enfanté un tel prodige, et surtout, parce qu’elle a enfanté des hommes politiques assez clairvoyants pour l’avoir déniché.
Vive la Tunisie, Vive la révolution !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com