Tunisie – Ciblage systématique et orchestré des emblèmes de la notoriété de l’Etat

Si on prend les derniers heurts et divers autres incidents qui ont émaillé ces derniers jours quelques régions du sud tunisien et ailleurs, on serait tenté de penser qu’il ne s’agit que de simples réactions sociales à la crise qui étouffe le pays.

Mais si on y regarde par deux fois, en essayant d’avoir une vision globale de ces faits, on se rend rapidement à l’évidence qu’il s’agit plutôt de tout un travail de sape systématique et orchestré qui cible les emblèmes de la notoriété de l’Etat.

Les troubles ont commencé, en effet, à Tataouine où de supposés protestataires arborant des tee-shirts portant les emblèmes d’autres nations, ou soi-disant, empires, se sont donné tout le mal imaginable pour neutraliser les forces de sécurité de la région. Ils y sont rapidement parvenus, en obtenant un retrait de ces forces remplacées par l’armée nationale.

Tout de suite après, çà a été au tour de cette même armée de faire les frais du harcèlement des jeunes de la ville frontalière de Remada.

Tout ceci s’est passé à quelques encablures de la frontière libyenne, au delà de laquelle et selon différentes sources d’information, de nombreuses troupes d’éléments terroristes seraient en train de s’organiser, en vue probablement, de s’introduire sur le territoire tunisien, histoire d’en faire une éventuelle base arrière ou zone de repli.

Mais comme un travail si bien entamé ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin, il fallait bien qu’après les forces de sécurité et l’armée, les parties qui sont très certainement en train d’orchestrer ce stratagème passent à la garde présidentielle qui demeure l’ultime emblème de la notoriété de l’Etat et de ses hautes institutions. C’est justement ce qui s’est passé, hier à l’ARP, quand des représentants du peuples ont profité de l’immunité conférée par leur statut pour malmener et mettre à bout de nerfs les agents de la garde présidentielle chargés de sécuriser les locaux de l’ARP.

Si on ajoute à ces faits, qui sont de toute évidence orchestrés, les dernières déclarations du président de la République en rapport avec des tentatives de faire exploser l’Etat de l’intérieur, on serait en droit de se demander pourquoi celui qui a tous les pouvoirs pour faire avorter ces sombres complots n’en use pas et se contente de « condamner » et de « déplorer ».

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut