Societe

Tunisie : IMAGES, VIDEO : Sfax : La société civile se mobilise contre la détérioration d’un bâtiment classé dans le patrimoine

La société civile tunisienne à Sfax et notamment, l’organisation tunisienne des architectes, se mobilise pour arrêter le délabrement qui est en train de ronger un des bâtiments symboles du patrimoine sfaxien.

Il s’agit de l’ancien siège de la Banque de Tunisie, en plein centre de Bab Bhar à Sfax qui est littéralement en train de tomber en ruines, dans l’indifférence totale des autorités locales et devant une négligence évidente et préméditée du propriétaire de l’immeuble qui l’aurait livré aux squatteurs, en vue d’accélérer sa destruction.

L’organisation des architectes rappelle que cet immeuble est l’œuvre de Guy Rafael, pionnier de l’école architecturale « l’arabisance » et précise que les trois façades de cet immeuble sont protégés par décision du ministre de la Culture et du patrimoine depuis le 2 mai, 2001 et ne doivent en aucune manière être touchées ou modifiées et que sa destruction allait, obligatoirement, remettre en question le dossier de l’inscription de Sfax sur la liste du patrimoine mondial. Sachant que la Médina de Sfax a déjà été mise sur la liste préparatoire, depuis 2012, avec, depuis beaucoup d’acquis.

L’Association met les autorités locales devant leurs responsabilités pour appliquer la loi de protection de cet édifice.

Sachant que, selon notre correspondant à Sfax, cet immeuble avait été acquis par un entrepreneur immobilier, avec l’intention de le détruire et de construire une tour à sa place, malgré sa connaissance du classement et de la protection de l’édifice. Cet entrepreneur aurait commencé à miner la bâtisse depuis des années, en cassant ses bases, en vue de le détruire puis  d’obtenir un ordre de démolition qui lui permettrait de réaliser son rêve. Sachant, par ailleurs, qu’il aurait déjà obtenu cet ordre et n’attendrait que de le mettre à exécution.

La société civile de Sfax se mobilise pour sauver cet immeuble car elle sait que cette opération de destruction ne sera que le début d’une longue série qui fera perdre à la ville son cachet typique. Par ailleurs, sur la liste des immeubles « indésirables », il y aurait le palais Ben Romdhane et l’immeuble Ennouri.


Commentaires

Haut