Tunisie: L’ANC reporte l’examen de l’arrêté de nomination du nouveau gouverneur de la BCT

Le président de l’Assemblée constituante (ANC) Mustapha Ben Jaafar a annoncé jeudi 19 juillet 2012 le report, pour la semaine prochaine, de l’examen de l’arrêté républicain de nomination de Chedly Ayari, gouverneur de la Banque Centrale (BCT) en remplacement de Nabli limogé mercredi 18 juillet 2012.

Le président de l’Assemblée a proposé, après concertation avec les présidents des groupes parlementaires la tenue lundi prochain d’une séance plénière consacrée à cette question au cas où un nouveau arrêté républicain est remis à l’Assemblée constituante tenant compte des observations des constituants.

Il s’agit particulièrement de la date du 11 juillet que porte l’arrêté républicain de nomination du nouveau gouverneur de la BCT alors que la révocation de Nabli par la Constituante date de mercredi.

Malgré la décision de report annoncée par Ben Jaafar, plusieurs constituants ont tenu à discuter de nouveau la question.

Des constituants ont demandé à ce que soit remédié la situation de tension qui règne lors des séances plénières.

Ahmed Smii a demandé d’inscrire un nouveau article dans le règlement intérieur de l’Assemblée appelant les constituants à respecter les règles de la morale et à adopter des mesures pour sanctionner ceux qui ne respectent pas ces engagements.

A ce propos, Habib Khedr, (Ennahdha) a critiqué son collègue Mahmoud Baroudi représentant d’Ettakatol qui a déclaré que l’arrêté républicain est un texte digne “d’un président d’une République bananière“.

Khedr a considéré ces propos comme “un délit et une insulte au peuple tunisien aussi grave que l’incident de l’atteinte au drapeau national”, exigeant de Baroudi des excuses personnelles.

Mohamed Hamdi, président du groupe démocratique est intervenu pour expliquer que l’utilisation par Baroudi du terme “République bananière” est un concept d’usage dans la littérature politique.

Il exprime en fait a-t-il expliqué une critique des dépassements faits à l’autorité de l’Assemblée constituante en tant que pouvoir fondateur, a-t-il dit.

“Si on avait pris les propos de Baroudi comme un dépassement verbal, ou une atteinte, je présente au nom du groupe démocratique mes excuses à l’Assemblée constituante”, a continué Hamdi, insistant sur l’impératif d’établir une étroite corrélation entre action politique et respect des principes et valeurs morales.

Source: TAP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com