Tunisie : Quand Rached Ghannouchi cadre Lotfi Ben Jeddou

Quand un chef d’un ministère régalien,  et de surcroît, le ministère de l’intérieur se fait rappeler à l’ordre par un président de mouvement en l’occurrence celui d’Ennahdha, il y a eu de s’interroger si la logique de l’Etat-parti n’est pas en train d’instiller et d’affecter durablement les institutions et les pratiques qu’on pensait révolues avec la dissolution du RCD.

En  effet, le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi a cadré le ministre de l’intérieur Lotfi Ben Jeddou en affirmant que ce dernier a commis une erreur d’expression lors de ces dernières déclarations à propos de la délivrance des autorités algériennes.

Les médias algériens ont à peine voilé leur grogne quant aux dernières affirmations de notre ministre de l’intérieur, Lotfi Ben Jeddou, soutenant que l’Algérie a connu un grand soulagement en évitant l’exportation de la révolution tunisienne. La grogne prenait même l’allure d’une polémique et les autorités algériennes sont montées au créneau réclament des précisions sur les allégations de Lotfi Ben Jeddou.

S’improvisant casque bleu, Rached Ghannouchi a affirmé qu’en réservant sa première visite officielle à l’Algérie, le chef du gouvernement, Ali Lâaryedh témoigne de l’excellence des relations bilatérales entre la Tunisie et l’Algérie.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut