Politique

Tunisie – En quoi le discours de BCE est-il magistral et constitue-t-il une charnière dans la scène politique ?

D’aucuns n’ont pas pu saisir la finesse et la subtilité utilisées par BCE, dans son discours prononcé hier, à l’occasion de la commémoration de la fête de la femme. Il faut croire qu’ils ont oublié qu’il est le disciple du Grand Bourguiba, lequel lui avait appris que chaque mot, prononcé, à chaque occasion, doit être porteur de message.

Effectivement, la sortie médiatique du chef de l’Etat n’a pas cessé de susciter remous sur remous, au point que ceux à qui ce discours devait procurer de l’urticaire se trouvèrent dépassés, sauf quelques ignares pressés, et demeurèrent à l’arrière plan de la riposte.

En lançant sa dernière trouvaille, telle un pavé dans la mare, BCE ne rigolait pas. Il ne cherchait pas le buz, et ne cherchait pas, non plus à diviser les tunisiens. Il voulait, tout simplement, leur montrer à quel point ils l’étaient déjà (divisés). Et qu’une partie d’entre eux, sous un nouveau déguisement de progressiste, de parti civil, de leaders en cravate, sont absolument, et farouchement, rétrogrades, et ne cherchent qu’à replonger la société dans les affres du moyen âge.

Les leaders du parti islamiste  d’Ennahdha, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, essaient depuis un certain moment, de se défaire, uniquement en apparence, de leur étiquette d’islamistes rétrogrades. Ils essaient, aussi, de prendre leurs distances de tout ce qui rappelle leur appartenance à la confrérie internationale des frères musulmans. Et comble de l’ironie, ces politiciens en herbe osent, depuis quelques semaines, prendre les tunisiens, et surtout les tunisiennes, pour des moins que rien, en osant rire d’eux ‘et d’elles), en essayant de leur faire croire qu’ils sont pour les droits de la femme. Et pour ce faire, ils ont multiplié les clins d’œil à la femme tunisienne, lui faisant miroiter d’hypothétiques promesses de postes de commandement, leur faisant la cour pour en récupérer les plus crédules et les mettre sur leurs listes électorales. « Ennahdha à la recherche des compétences indépendantes », qu’ils prétendaient, omettant de dire qu’ils n’avaient pas de compétences dans leurs rangs, et, surtout, pas de femmes d’un niveau honorable, voulant faire oublier l’épisode des « lumières » qu’ils ont aligné sur les bancs de l’ANC, suite aux élections de 2011.

Ils prétendaient combattre pour l’égalité des sexes. Et pour le démontrer, ils ont dressé un stand en ville, et chargé leur beau-parleur de service, en l’occurrence, le Cheikh Mourou, pour débaucher le maximum de femmes, sous le titre de l’égalité des sexes.

C’est alors, et pour mettre fin à cette mascarade, que BCE leur a sorti son coup secret, en leur rappelant que celui qui cherche à obtenir l’égalité des sexes, doit y aller jusqu’au bout… Jusqu’à l’égalité en matière d’héritage. Il leur en a, pour ainsi dire, cloué le bec…

De cette façon, ils seront obligés de se montrer sous leur vrai visage, et les tunisiens verront qu’ils n’ont pas changé d’un iota, contrairement à leurs prétentions. Et que, sous le couvert de la « coalition sacrée » avec les progressistes, au pouvoir, ils sont en train de vouloir mener tout le monde en bateau.

Un grand « Basta » frappé d’un poing ferme sur la table, par BCE, qui va mettre à nu les vraies aspirations des islamistes, et leurs funestes projets pour la société tunisienne.

Et d’un autre côté, « Tant pis pour la coalition », devait-il se dire, BCE, en mettant en avant son devoir d’honnêteté envers ses concitoyens.

Il serait, dès lors, utile que les grandes gueules qui se sont ouvertes depuis hier, mettent un tantinet, la sourdine, histoire de laisser les islamistes défendre, tous seuls, leur projet et leur vision rétrograde. Et puis, n’oublions pas que BCE en fin politicien qu’il est, n’a rien promis, sauf de « lancer le débat sur la question ».

A bon entendeur, salut !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut