Politique

Tunisie-Vidéo : Tahar Belkhodja: Les martyrs de la révolution et de l’indépendance ont droit en priorité à des indemnités

Le sujet des indemnités qui doivent être accordées  aux prisonniers d’opinion a pris une grande importance  ces derniers jours et a fait couler beaucoup d’encre.

Mais nous constatons comme d’habitude, qu’à chaque fois que le mouvement Ennahdha aborde un sujet  d’importance pour les Tunisiens,  l’opinion publique réagit pour exprimer son désaccord sur la forme et souvent sur le fond.

Le mouvement Ennahdha commence alors à publier des communiqués ou des déclarations contradictoires, (exemples : l’affaire de Baghdadi Mahmoudi, l’affaire de Mustapha Kamel Nabli…), puis  il laisse la situation « pourrir », et lance un autre sujet  pour détourner l’attention des Tunisiens et finalement leur décision sera appliquée de force en se réfugiant derrière l’éternel   argument “du vote majoritaire à l’ANC”.

Une priorité pour les martyrs et les blessés de la révolution et de l’Indépendance

Taher Belkhodja, ancien ministre de l’Intérieur du Président Habib Bourguiba, a exprimé son point de vue concernant ce sujet dans une interview exclusive accordée à TunisieNumérique.

En effet, il a affirmé que la publication du dernier  rapport de la Banque Centrale de Tunisie démontre une grande faiblesse de l’économie tunisienne  et que la  dette de la Tunisie a atteint la somme de  3 milliards de dollars.

Cela démontre que la situation financière de la Tunisie est très difficile, donc on ne pourra pas accorder des indemnités d’une somme de 1,2 milliards de dinars pour les prisonniers d’opinion dans la conjoncture actuelle.

Dans le même sens, Tahar Belkhodja a déclaré que si le gouvernement veut accorder une telle somme pour les prisonniers d’opinion, il faut dans ce cas dédommager  les martyrs et les blessés de la révolution et de l’Indépendance puisqu’ils ont un  droit de priorité.

Il ajoute que ces personnes ont fait d’énormes sacrifices pour l’indépendance de leur pays, sans avoir peur de risquer leurs vies en affrontant des tirs à balles réelles, quelque soit leur appartenance politique.

« Le gouvernement doit servir et non pas se servir »

Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement issu des élections, a montré à une majorité du peuple tunisien qu’il était beaucoup plus occupé à renforcer son autorité  pour gagner à tous prix les prochaines élections et occuper  le pouvoir pour plusieurs décennies.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut