Politique

Tunisie: Youssef Chahed privilégie le dialogue à l’usage de la force à Kerkennah

Dans le cadre de sa visite de deux jours dans le gouvernorat de Sfax, le chef du gouvernement d’union nationale, Youssef Chahed, a annoncé qu’il se rendra ce vendredi 21 avril 2017 sur l’île de Kerkennah confrontée à des troubles importants.

On rappelle que le problème de la société pétrolière britannique Petrofac a mis l’île dans une tourmente de manifestation et de protestation ayant fragilisé la sécurité dans la ville.

Le chef du gouvernement a affirmé qu’il vient faire le suivi des affaires dans cette île, reconnaissant que le problème de Petrofac est très difficile à résoudre.

Il a rappelé l’existence d’un comité qui se réunit de manière hebdomadaire sur la question de Petrofac, ajoutant que des solutions ont été trouvées notamment d’ordre techniques.

Youssef Chahed a affirmé que la solution sécuritaire n’est pas appropriée  contrairement à ce que les gens recommandent en matière d’usage de la force pour résoudre les problèmes.

Il a affirmé rejeter de recourir à la solution de sécurité contre “le peuple”.

Mais force est de reconnaître que le mouvement de protestation à Kerkennah a été récupéré par un courant islamiste extrémiste en l’occurrence  le Hizb Ut-Tahrir qui a instauré un bras de fer entre les insulaires et les autorités, selon des sources concordantes sur place.

La tension est telle qu’il existe un véritable vide sécuritaire dans la ville , les organes de sécurité s’étant mis en retrait.

L’incident de la précipitation d’un véhicule de la police dans la mer il y a quelques mois lors d’une manifestation de protestation et plus récemment l’écrasement des lunettes d’un policier et l’incendie d’un poste de police encore en construction, donnent une idée exhaustive de l’état d’insécurité régnant dans la ville.

Récemment un habitant de l’île d’obédience islamiste a tenté d’incendier une plate-forme de pétrole offshore (en mer) pour faire capoter toute possibilité de conciliation entre Petrofac et les autorités du pays.

Certains sont allés jusqu’à affirmer que l’Etat n’est plus présent sur l’île qui est devenue hors contrôle entre les mains extrémistes qui ont des agendas spécifiques,  à savoir, l’instauration d’un ordre bien déterminé.

On craint que les bonnes intentions du chef du gouvernement d’union nationale , Youssef Chahed qui reste attaché à la méthode douce ne buttent sur la volonté du camps en face de créer le vide et de persister dans son projet obscurantiste.

Commentaires

Haut