Tunisie – Hamadi Jebali : Une allocution pleine d’insinuations !


Pour un discours de démission, ce fut vraiment un discours hors du commun. Hamadi Jebali a dit qu’il allait partir, essentiellement, pour respecter sa parole donnée, pour gagner en crédibilité, a-t-il précisé. Faudrait-il entendre par là, qu’il ne part pas tout à fait, mais qu’il recule pour mieux sauter ? Car s’il veut absolument gagner en crédibilité, c’est pour préserver son « image de marque » pour les jours à venir.

Il a ensuite déclaré qu’il n’accusait personne ni aucune partie d’avoir sabordé son initiative, seulement il n’a pas cessé durant tout son speech, de lancer ses dards à la face de ses frères d’Ennahdha, à demi-mots, avec des formules bien étudiées pour en dire juste assez, et pas trop, mais pas trop peu, non plus.

  • Il a déclaré que, selon sa vision, le gouvernement doit s’atteler au service du peuple, exclusivement, loin des tiraillements politiques et des luttes partisanes. Il a donc, sans les nommer, pointé du doigt, les ministres d’Ennahdha, qui passent le plus clair de leur temps à servir les intérêts du parti, en matière de recrutements en vertu des appartenances partisanes, de nominations des adhérents du parti aux postes de décision dans l’administration, de préparation de projets et de programmes versant dans l’installation d’une théocratie absolue, de déviation de la politique étrangère vers des partenaires bien déterminés aux dépends des partenaires classiques du pays…
  • Il a posé comme condition à tout travail du prochain gouvernement, l’ébauche d’un dialogue national élargi sans exclusion d’aucune partie, et l’élaboration d’un calendrier clair et urgent pour la rédaction de la constitution et la fixation de la date des prochaines élections, en allusion à la volonté à peine cachée d’Ennahdha de faire durer cette période transitoire en attendant de contrôler tous les rouages de l’administration, en vue de maitriser les prochaines élections. Allusion a été faite aussi à la volonté d’Ennahdha d’exclure Nidaa Tounes et de passer la loi d’exclusion avec la complicité du CpR.
  • Il a, par ailleurs, déclaré que le gouvernement devrait être celui de tous le tunisiens, les protéger et défendre leurs droits en matière d’exercice politique. Il doit dans ce sens protéger les meetings populaires quelle que soit la partie organisatrice. Le gouvernement devrait être « le seul » côté responsable du maintien de l’ordre. Ce message était, de toute évidence destiné au ministère de l’intérieur qui avait fait montre de trop de laxisme quand il y a eu des attaques des meetings politiques des partis de l’opposition, il voulait aussi reprocher à ce ministère d’avoir laissé grossir le phénomène de la violence politique ayant conduit à l’assassinat de Chokri Bélaïd. Il voulait aussi, montrer son mécontentement du recours du gouvernement à des milices et des ligues pour faire régner la terreur dans les rangs de ses opposants.
  • Il s’est, enfin, tourné vers les leaders de l’opposition, pour leur reprocher leur inaction, spécialement, lors de la dernière phase, leur faisant remarquer, qu’ils ont réussi a perdre la confiance du peuple. Il s’agit là, d’un message de reproche à l’élite politique du pays qui l’aurait laissé tomber dans son projet, pour s’allier à Ennahdha, dans leur habituel élan de course aux postes.

Au total, et au vu du contenu de ce discours, il semble bien que le divorce est bel et bien consommé entre Jébali et son parti. Est-ce que Jebali a décidé de tout plaquer et de s’auto détruire par la même occasion ? Ou serait-il en train de préparer sa sortie du parti, avec un éventuel projet de création d’une autre formation politique en s’appuyant sur l’aile modérée d’Ennahdha, sur le modèle, si cher aux nahdhaouis, celui d’Erdogan ?


Lire aussi
  1. Tunisie: Hamadi Jebali: « notre démission est une renonciation au profit du peuple et non une chute »
  2. Tunisie – Hamadi Jebali : « Il est du ressort de la justice de trancher sur la loi de l’immunisation de la révolution »
  3. Tunisie – Hamadi Jebali : « La loi de l’immunisation de la révolution va nuire à Ennahdha »
  4. Tunisie – Les conditions de Hamadi Jebali pour accepter de former un autre gouvernement
  5. Tunisie – Hamadi Jebali : « je ne serai pas candidat aux prochaines élections » !

Commentaires:

Get our toolbar!