Politique

Projet du décret-loi organisant les partis politiques: Entre le pour et le contre

Les positions au sein du Conseil de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, la transition démocratique et la réforme politique, réuni, jeudi, sous la présidence de Mme Latifa Lakhdar, vice-présidente de l’Instance, se sont partagées au sujet du projet du décret-loi portant organisation des partis politiques. Les positions ont oscillé entre le pour et le contre concernant l’examen de ce projet du décret-loi qui comporte 31 articles s’articulant autour des principes généraux relatifs à la création des partis politiques, du mode de leur gestion et des modalités de leur financement.

Des représentants du Mouvement « Ennahdha », du Parti Démocrate Progressiste (PDP) et du Congrès Pour la République (CPR), ont estimé que parmi les priorités de la Haute Instance est de dresser la liste des personnalités ayant exhorté le Président déchu à se porter candidat à l’élection de 2014 et celle des personnes ayant assumé de hautes responsabilités au sein du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) dissous, conformément à l’article 15 de la Loi électorale.

Il s’agit, également, ont-ils ajouté, d’axer les efforts sur l’organisation du secteur de l’information et d’apporter toutes les réformes nécessaires au secteur de la magistrature.

Pour d’autres courants politiques dont le Mouvement Ettajdid, le Forum Démocratique pour le travail et les libertés (FTDL), des représentants des régions et des personnalités nationales, l’examen du projet du décret-loi organisant les partis politiques constitue une étape essentielle en cette phase transitoire, dans la mesure où les partis doivent se doter de tous les instruments nécessaires à même de leur permettre de s’engager dans les élections de la Constituante.

« Les principaux acteurs lors des élections de la Constituante sont les partis, ce qui commande de leur accorder une identité juridique pour légitimer leur participation aux élections », a estimé M. Mouldi Riahi (FDTL), précisant que cela « ne s’oppose aucunement avec la loi régissant l’instance dont parmi les principales missions est l’élaboration des projets de loi ».

Dans une déclaration, Mme Zineb Farhat (indépendante) a mis l’accent sur la nécessité de ne pas remettre en cause la crédibilité intellectuelle et morale des membres des commissions issues de la haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, dont l’Instance supérieure indépendante pour les élections.

L’organisation des partis, a-t-elle estimé, ne manquera pas de contribuer à la fixation de leurs sources de financement qui constituent le principal problème de l’heure.

Pour M. Samir Ben Amor (CPR), il est impérieux d’examiner les problèmes inhérents au secteur de l’information et de procéder à la réforme du secteur de la magistrature et de la justice avant d’entamer l’examen du projet de décret-loi sur les partis.

Il a, à cet égard, regretté que « les propositions avancées par le Mouvement « Ettajdid » prédominent l’ordre du jour de l’Instance, estimé que la haute instance a « dévié de sa mission principale ».

Quant à M. Noureddine Bhiri (Mouvement Ennahdha), il a jugé « arbitraire » l’examen du projet du décret-loi portant organisation des partis en cette période, estimant qu’il serait préférable de débattre de cette question après les élections de l’assemblée nationale constituante.

Selon le représentant d’Ennahdha, la haute Instance doit se pencher sur l’identification de la liste des personnes ayant exhorté l’ancien président déchu à se porter candidat aux élections de 2014 et des hauts responsables du RCD dissous.

A cet égard, M. Mustapha Tlili, membre de la 17e commission chargée de l’application de l’article 15 du code électoral a indiqué que la commission publiera la semaine prochaine un rapport détaillé sur le dossier des personnalités ayant exhorté le président déchu à se présenter aux élections de 2014 et des hauts responsables du RCD dissous.

Au terme de la réunion, certains membres de la haute Instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, la réforme politique et la transition démocratique ont dénoncé le mode de couverture par la chaîne satellitaire « Al Jazeera » des évènements en Tunisie, l’accusant de se rallier à certains courants politiques au détriment d’autres dans sa couverture médiatique.

La Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, la réforme politique et la transition démocratique devra reprendre ses travaux, mercredi, 22 juin courant pour examiner le projet du décret-loi portant l’organisation des partis politiques.

Source : TAP

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut