Tunisie: Les dessous de l’affaire du rappel du Consul de Tunisie à Benghazi

“Les procédures de rappel de Abdelrezak Methlouthi, Consul de Tunisie à Benghazi en Libye sont en cours”, a annoncé vendredi 23 mars 2012, Rafik Abdessalem ministre des Affaires étrangères.

M. Rafik Abdessalem a justifié ce rappel par le fait qu’avant de répondre à une invitation, le Consul se devait de consulter sa hiérarchie.

Mais comme nous allons le démontrer, l’invitation était tout à fait ordinaire et ne contenait aucune mention relative à une quelconque déclaration d’autonomie. En plus la plupart des invités libyens n’avaient aucune idée sur cette déclaration et ont été surpris, que dire alors d’un Consul tunisien.

En outre le Consul jouit d’un pouvoir discrétionnaire et sa participation à cette rencontre ne portait pas sur une prise de décision ni de  position de sa part au nom de la Tunisie pour qu’il consulte sa hiérarchie à cet égard.

La presse locale libyenne a jugé la décision des autorités tunisienne précipitée et a témoigné que le Consul avait quitté la conférence avant la proclamation de la déclaration d’autonomie lorsqu’il a commencé à comprendre de quoi il s’agissait.

Une décision précipitée et injuste

Contacté par TunisieNumerique, Abdelrezak Methlouthi Consul de Tunisie à Benghazi, a affirmé s’être vu signifié par le ministère des Affaires étrangères qu’il a été rappelé disposant d’un délai de six jours pour rentrer au pays.

Ce rappel qui sonne comme une sanction contre le Consul de Tunisie à Benghazi intervient après qu’il a assisté à une conférence à Benghazi, deuxième grande ville de Libye,  au cours de laquelle a été proclamée l’autonomie de la région orientale de la Libye, rappelle-t-on.

M. Abdelrezak Methlouthi a déploré cette mesure qu’il a estimé  injuste à son égard non seulement en raison de la manière dont cette mesure administrative a été effectuée car il a été informé par téléphone, mais aussi parce qu’elle ne lui a pas donné le temps de faire ses préparatifs pour quitter la Libye.

Il a évoqué notamment la maladie de sa femme qui est souffrante ainsi que les études de sa fille en ce milieu de l’année scolaire.

M. Methlouthi a déploré aussi le fait qu’il n’a pas été entendu par le ministère  qui ne lui a pas accordé l’opportunité de s’expliquer ni de s’exprimer à travers une enquête administrative.

Les faits comme ils se sont déroulés

Relatant les faits, il a indiqué avoir reçu une invitation comme il en reçoit tous les jours, des invitations qui sont adressées à toutes les représentations diplomatiques accréditées dans cette ville et qu’elle ne contenait aucune indication sur une quelconque proclamation d’autonomie.

De plus, a-t-il dit, l’invitation émane d’une personnalité qui est membre du Conseil national de transition au pouvoir en Libye .

Il a indiqué qu’il s’est rendu à cette conférence et que dès son arrivée, il a été placé au premier rang au côté du drapeau de la Tunisie qui jouit d’un grand respect dans ce pays eu égard au soutien apporté à la Révolution libyenne du 17 février.

Il a été intrigué par certains slogans sur les banderoles accrochées dans la salle et qui ne cadraient pas avec les objectifs proclamés par la Révolution libyenne. Il  s’est enquis auprès de ses voisins pour en savoir davantage . A la lecture des dépliants , il a compris et s’est aussitôt retiré en quittant la salle, a-t-il affirmé.

Le Consul a souligné en avoir référé le jour même au chargé d’affaires de l’ambassade de Tunisie  à Tripoli et qui , à son tour, a informé le ministère de tutelle.

Le lendemain, il a été contacté par le chargé d’affaires qui voulait s’enquérir à propos du sit-in et de l’incendie qui a eu lieu devant le consulat de Tunisie à Benghazi par des habitants de la ville en protestation contre la Tunisie. Il a indiqué avoir démenti ces informations, affirmant qu’il n’y avait aucune action de ce genre.

Après l’avoir assuré que tout est rentré dans l’ordre et que les équivoques ont été levées, le chargé d’affaires lui a demandé d’entrer en contact avec le secrétariat au ministère des Affaires étrangères auquel il a raconté les circonstances de cette affaire.

A sa grande surprise , on lui a téléphoné pour l’informer de la décision de révocation et de son rappel sous un délai de six jours.

Abderrazak Methlouthi avec Rafik Abdessalem(ministre des Affaires Étrangères)

L'Invitation telle que reçue pour le meeting

l'invitation ne comportait aucune indication sur la nature du meeting

Article paru dans la presse locale libyenne

Article paru dans la presse locale libyenne à propos de l'affaire du consul tunisien à Benghazi

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut