Monde

[Vidéo]: Drôles d’arguments pour un député libyen pour expliquer son refus de voir une femme occuper un poste de responsabilité

Un député libyen a expliqué son opposition totale de voir une femme accéder aux postes de responsabilité et en particulier celui de président par le fait que lorsqu’elle est en état de grossesse,  elle est sujette à un état psychologique particulier.

Au cours d’un débat sur la future constitution de la Libye, Abderraouf Menai, député à la chambre des représentants, s’est interrogé avec un sourire narquois devant l’assistance “comment faire si la femme présidente entre dans un état second en raison de sa grossesse et ordonne, à titre d’exemple, une guerre avec la Tunisie”?

Représentant la circonscription du quartier d’Abou Slim à Tripoli, ce député qui boycotte actuellement les travaux du Parlement libyen installé à Tobrouk dans l’Est du pays, est connu pour son appartenance à la confrérie des Frères musulmans de Libye.

On rappelle que récemment le gouverneur militaire de la région Est du pays qui va de Derna aux frontières avec l’Egypte jusqu’à Ben Jawad en passant par Benghazi, avait décité l’interdiction du voyage de la femme de mois de 60 ans, sans tuteur.

Une décision qui avait suscité un tollé au sein de la société libyenne et une vaste condamnation de la société civile.

Du temps de défunt colonel Kadhafi, la femme libyenne jouissait d’une certaine liberté et des droits. Elle accédait à tous les postes et métiers en dépit du conservatisme de la société.

Ainsi pour prendre une seconde épouse, le mari avait besoin du consentement de la première épouse.

En outre en cas de divorce, la femme conserve le lieu de résidence et jouit d’une partie des revenus de son ex-mari.

Des dispositions qui ont dissuadé de nombreux hommes à recourir au divorce, du temps de l’ancien régime.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com