Monde

Selon des experts économiques : La France a besoin des immigrés

Depuis quelques semaines, le gouvernement a manifesté de façon récurrente sa volonté de réduire les flux migratoires. Au mois d’avril, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, déclarait vouloir «faire baisser le volume de l’immigration légale». Cette semaine, c’est à l’immigration de travail qu’il s’attèle. «Contrairement à une légende, la France n’a pas besoin de compétences issues de l’immigration, estime le ministre. Elle dispose de la ressource nécessaire» afin de pourvoir ses offres d’emplois et «n’a besoin ni de maçons ni de serveurs de restaurants». «Cela relève du bon sens», a surenchéri mardi le ministre du Budget, François Baroin. Un bon sens qui laisse cependant sceptiques nombre d’économistes.

«Sur le papier, il peut être séduisant de mettre face à face chômeurs et immigrés», explique Patrick Simon, démographe à l’Ined. Si le marché du travail français était exempt d’immigrés, cela ne ferait-il pas d’autant plus de postes à pourvoir pour les autochtones, dont le taux de chômage est l’une des préoccupations principales ? «C’est oublier que ces deux catégories de populations ne sont pas substituables», précise Patrick Simon. En clair, autochtones et immigrés n’occupent pas les mêmes types d’emplois, et se font peu concurrence. «Ils seraient plutôt complémentaires. Et à ce sujet, il existe un relatif consensus, affirme Xavier Chojnicki, économiste au Cepii et à l’Université de Lille 2. La plupart des études réalisées constatent d’ailleurs un très faible impact de l’immigration sur le taux de chômage».

«En France et en Europe, le marché du travail est très segmenté», poursuit-il. Les immigrés y occupent souvent des emplois peu qualifiés, peu rémunérés, aux conditions de travail difficiles. Les secteurs de la restauration, du bâtiment et des services à la personne par exemple, peinent malgré tout à pourvoir des offres d’emploi que les autochtones jugent insuffisamment attractives. D’après la dernière enquête sur les besoins de main d’œuvreréalisée par Pôle emploi, 61% des offres d’aides à domicile posent ainsi des difficultés de recrutement. «Si le flux d’immigration venait à être réduit, cela accroîtrait encore les difficultés d’embauche de ces secteurs», explique Xavier Chojnicki. Avec pour conséquence probable une forte hausse du travail au noir.

20.000 personnes par an

«De surcroît, vouloir réduire l’immigration de travail est surprenant, car elle comprend les migrants plus sélectionnés», s’étonne Patrick Simon. Ces 20.000 personnes par an qui viennent travailler en France à la demande des chefs d’entreprises ne représentent d’ailleurs qu’une petite fraction des 200.000 immigrés qui s’y installent chaque année, notamment au titre du regroupement familial ou pour motifs humanitaires. «Les employeurs espèrent plutôt un assouplissement des règles en vigueur car ils ont besoin de cette main d’œuvre étrangère», poursuit-il.

Depuis 2006 et jusqu’à il y a peu, Nicolas Sarkozy plaidait d’ailleurs pour une «immigration choisie», encourageant la venue de candidats sélectionnés selon leur profil professionnel. «Depuis cette date, l’immigration de travail est passée de 10.000 personnes par an environ à 20.000», précise Patrick Simon. Un nombre marginal par rapport aux 500.000 offres d’emplois non pourvues actuellement en France. «Au total, ce n’est pas beaucoup non plus par rapport au flux migratoire total», juge le démographe. Car la France, comme la plupart des pays européens, peine à faire venir sur son territoire les immigrés les plus attractifs. A ce titre, le Canada, l’Australie, ou encore les Etats-Unis tirent bien mieux leur épingle du jeu.

Source : Le Figaro

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut