Economie

Aéroport Monastir : Abderrahim Zouari sera poursuivi pour le contrat “illégal” conclu avec la TAV

La conférence de presse, tenue 15 jours après le sit-in observé aux différents services de l’aéroport international Habib  Bourguiba-Monastir, a porté sur une mise au point concernant les revendications des sit-inneurs, revendications à caractère social  selon M. Ridha Aziz, coordinateur de la commission de défense de l’aéroport Habib Bourguiba – Monastir, qui a appelé à l’ouverture d’une enquête pour sauver l’aéroport d’une fermeture définitive. Ce programme entamé par la société TAV Airports Holding, qui en a pris la gestion suite à un appel d’offres pour son exploitation jusqu’en 2047.

Absence d’entretien depuis 2008

Le Ministère de Transport et de l’Equipement a dépêché une commission, composée d’experts, qui a constaté l’absence d’entretien depuis 01/01/2008 date d’entrée en exploitation de la TAV. D’où l’interrogation sur les causes réelles qui poussent la société à transformer un aéroport reconnu et détenteur du 1er prix national, en un aéroport où ne sont garanties ni la sécurité ni la sûreté des voyageurs, pour justifier le transfert par Tunisair de 400 vols au profit de l’aéroport Enfidha. L’aéroport de Monastir, et rien que pour les services au sol, a accusé une régression des recettes passant de 27 millions de dinars en 2009 à 23 millions de dinars en 2010.

Commission de 87 avocats

La commission élargie de défense de l’aéroport de Monastir est pluridisciplinaire, la commission juridique compte à elle seule 87 avocats. En sus des anomalies relevées, dont la signature, par l’ancien PDG de l’office de l’aviation civile et des aéroports-non habilité à le faire-, des contrats avec la TAV  afférant aux obligations de celle-ci, ce qui justifierait l’annulation par l’Etat du marché pour vices de formes. La commission demande l’ouverture d’une information judiciaire contre Abderrahim Zouari, ex ministre des transports, et Mohamed Cherif, l’ex PDG de l’OPAT, pour abus de pouvoir et transgression des procédures d’usage et préjudices à la stabilité économique. Ainsi qu’une action contre cinq responsables turcs pour non respect des obligations découlant de la loi de l’offre et de la demande.

Source: “Assabah” 24/03/2011

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut