Tunisie – Comment ont-ils pu se laisser piéger de la sorte ?

Moncef Marzouki et Mustapha Ben Jaâfer étaient-ils les deux seuls êtres au monde à ignorer ce qui allait se passer à Sidi Bouzid en cette journée de commémoration du 17 décembre 2010 ?

Ou alors, devaient-ils penser qu’ils allaient pouvoir s’en sortir à aux seuls, vu que le peuple en voulait après le gouvernement et pas après eux ?

Il est fort peu probable qu’ils n’aient pas été au courant du risque de dérapage qui entachait cette visite au « berceau de la révolution du jasmin ». Surtout en ce qui concerne Moncef Marzouki, doté de services de renseignements hyper performants qui ont certainement dû le prévenir de ce qui se préparait. Seul Hamadi Jebali a su tirer son épingle du jeu, en tombant, juste quand il le fallait, malade. Ce dernier aurait-il été averti qu’il valait mieux ne pas être de l’expédition de cette matinée, et aurait-il décidé de s’éclipser ? Ou était-ce carrément, des consignes de son parti, pour laisser les deux « autres » se démerder avec la population de toute évidence mécontente de Sid Bouzid ?

Marzouki, lui-même, aurait-il oublié ses promesses d’il y a un an, à ces mêmes pauvres gens, pour oser les retrouver sans avoir tenu un seul de ses engagements ?

Marzouki se croyait certainement immunisé contre la grogne populaire, peut-être grâce à son dernier discours, où il a su mettre de la distance entre lui et le gouvernement, source de tous les mécontentements ! D’ailleurs, il a bien tenté de rejouer le coup, ce matin sur l’estrade dressée au milieu de la place du martyr, en disant comprendre la colère des gens et que leurs revendications sont siennes etc…

Mustapha Ben Jaâfer, lui aussi, croyait être loin des reproches qui devaient viser essentiellement le gouvernement, qui se rendait coupable de laxisme et de marginalisation de ces régions de lutte.

Et bien non ! C’était après eux aussi que le peuple en voulait. Ou peut-être, que la réception a été préparée en leur honneur, ce qui expliquerait l’absence du principal parti de la Troïka aux cérémonies. Cela expliquerait aussi que la majorité des manifestants amassés sur la place, et qui criaient leur haine, étaient plutôt d’obédience islamique comme le montrent certaines séquences vidéo.

Finalement, ils se sont bel et bien fait avoir, nos deux chers présidents, soit par un excès de confiance en soi, ou alors par excès de fourberie de la part de leurs « amis » !

Et la façon dont ils se sont fait avoir, n’a rien de valorisant, puisque les chaines satellitaires présentes sur place ont vite fait de faire faire aux images de leur « retraite » sous la pluie de projectiles, le tour du monde, ce qui a généré des commentaires loin d’être complaisants.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut