Tunisie – Hamadi Jebali : « L’élite veut voler notre révolution, et la grève générale ne m’effraie pas » !

Hamadi Jebali, le chef du gouvernement provisoire a donné une interview au journal « Acharq Al Awsat ». Il a abordé les sujets chauds de l’actualité tunisienne, avec des répliques riches en enseignements qui méritaient d’être décortiquées :

Le plus grand défi auquel il fait face lui et son gouvernement, c’est l’élite politique du pays. Il les accuse de ne pas avoir pris part à la révolution, et que maintenant, ils se prétendent, les premiers des révolutionnaires. Il compare la Tunisie postrévolutionnaire à « un blessé, en train de saigner en plein désert, et ces élites à des vautours, en train de le déchiqueter ».

Il déplore que « le peuple qui est du reste intelligent et qui a tout compris, ne puisse rien faire sans, ou contre, son élite ».

C’est drôle, en enlevant la première phrase, là où il parle de l’élite, et en relisant le reste du paragraphe, ne dirait-on pas qu’il parle des islamistes d’Ennahdha ?

 

Quant à la sensibilité de la période actuelle, il dit qu’elle ne pourrait supporter des luttes intestines de l’élite pour des postes et des responsabilités, il croit que tout le monde, l’élite en premier, doit savoir se résigner et attendre la fin de la période de « la construction de la démocratie », qui devrait selon ses estimation prendre 10 années.

Effectivement, ce sont les gens de « l’élite politique de l’avant révolution » qui sont en train de s’entretuer pour des postes et des faveurs, y compris des dédommagements pour les années de maltraitance !

En attendant il est déçu par le rendement de l’assemblée constituante, et dit que leurs travaux trainent en longueur, et qu’il fallait accélérer tout ça, c’est pourquoi, il persiste à préconiser des élections pour le mois de juin prochain, et trouve que c’est tout à fait jouable. Dans ce sens, il déplore que personne ne l’ait pris au sérieux, aussi bien à l’ANC qu’au sein même d’Ennahdha. Il trouve d’ailleurs bizarre que des élus d’un parti au pouvoir contredisent et contrecarrent les décisions du chef de leur gouvernement.

Toujours le même discours voulant convaincre les gens qu’Ennahdha et le gouvernement font deux ! Et que le beau père de Abdessalem et l’oncle de Habib khedher, font deux.

En rapport avec les désaccords entre les différentes parties concernant le projet de la constitution, il a nié qu’il y ait des tensions qui gêneraient son élaboration, prenant l’exemple de l’application de la chariaâ, et le problème soulevé par l’article en rapport avec l’égalité homme / femme, où a-t-il dit, le consensus a toujours été trouvé et que ce sont des débats dépassés.

Il a aussi dit qu’il s’agissait pour eux, d’une question de priorités et donc d’agenda à suivre. Ce qui équivaudrait à dire que ces sujets seront remis sur la table, une fois tous les autres problèmes réglés «  Dixit, une certaine vidéo fuitée… »

Il déclare, sur un autre plan, que l’éventualité d’une grève générale ne l’effraie pas, mais il trouve qu’il n’y a pas de raisons valables (suffisamment graves) qui puissent conduire à une telle escalade.

C’est à se demander qui a fait agiter le spectre des centaines de milliards que coûterait la grève, et qui a mandaté les différends emissaires pour tenter de raisonner Houcine Abassi !

Il a voulu, à la fin de son interview, profiter du fait que le support média auquel il s’adressait était destiné en majorité au proche orient, pour essayer de réparer le tort qu’avaient causé les déclarations de Sheikh Rached Ghannouchi concernant la volonté de la Tunisie d’exporter sa révolution vers les pays du golfe, en précisant que la Tunisie respecte ces pays et leur souveraineté et ne cherche point à interférer dans leurs affaires internes, elle demande juste à être épaulée dans la « reconstruction du pays ».

Apparemment, Samir Dilou est dépassé dans l’incommensurable tâche de démentir et de rectifier les tirs après chaque sortie de ses employeurs sur des médias pour dire que leurs propos ont été sortis de leur cadre !

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Copyright © 2020 Tunisie Numerique

Haut