Monde

Un homme d’affaires turc accuse Erdogan de complicité dans du blanchiment d’argent et le contournement du blocus US contre l’Iran

Le procureur général turc a ordonné la mise sous séquestre des biens de l’homme d’affaires turc, d’origine iranienne, Redha Zerab, ainsi que de ceux des membres de sa famille. Et ce, en riposte aux accusations faites par ce dernier à l’encontre d’Erdogan, du temps où il était chef de gouvernement.

Zerab fait l’objet de lourdes accusations de la part de  la justice américaine, pour son rôle dans le sabotage du blocus américain sur l’Iran, au début des années 2000.

Zerab a reconnu devant le tribunal, avoir contourné ce blocus en organisant des opérations de vente de pétrole iranien et d’achats de biens auprès de sociétés étrangères au profit de Téhéran, et ce, à travers un large réseau de sociétés écran et de banques turques. Il a ajouté que ce trafic était rémunéré en or iranien.

Zerab a avoué avoir obtenu une aide précieuse  de la part d’Erdogan, alors chef du gouvernement turc et de son ministre de l’économie, qui a, depuis, démissionné sur fond de scandale financier.

 

Zerab a ajouté  que le blanchiment d’argent passait par de nombreuses banques turques, essentiellement étatiques. Il a ajouté avoir versé des pots de vin aux membres du gouvernement Erdogan, de l’ordre de  50 millions de d’Euros et de sept millions de Dollars US.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!

Commentaires

Haut